La marque suédoise a lancé une tournée européenne de promotion de sa V60 hybride qui a fait escale à Paris. L’occasion de découvrir ce modèle hybride diesel plug in qui arrivera en fin d’année.

Sur les 1000 premiers modèles destinés à la vente, sous la forme d’une série limitée ultra équipée, une centaine ont été réservés à la France. Et ils sont déjà presque tous réservés. Malgré un tarif de 61 000 euros, la Volvo V60 D6*est déjà très demandée. Et la clientèle est composée à 70 % d’entreprises.

Qu’est-ce qui explique un tel succès ?

Rappelons que c’est une voiture 3 en un, permettant de rouler en mode électrique (mode Pure, avec une autonomie de 50 km), hybride (consommation moyenne de 1,9 L/100 km et 49 g de CO2 par km) ou sportif (avec une puissance totale de 285 ch, le moteur 2,4 L turbo diesel de 215 ch étant associé avec le moteur électrique de 70 ch).

Volvo a fait le parti technique de passer directement à l’hybride rechargeable, et avec un diesel, cette motorisation étant plus populaire en Europe (un continent plus ouvert au changement). Rappelons que la marque travaille aussi sur l’électrique (C30 Electric) et plusieurs technologies dérivées (KERS issu de la F1, prolongateur d’autonomie avec une pile à combustible ou un moteur essence à 3 cylindres).

Lors du passage du Volvo V60 Plug In Tour, nous avons pu faire quelques km à bord de ce modèle hybride diesel rechargeable.

Nous avons été séduits par l’ambiance Premium à bord, ainsi que par le tableau de bord numérique et le levier de vitesses transparent et rétro-éclairé du plus bel effet. Quand on appuie sur le bouton « Start », pas de bruit et pour cause : la V60 D6 démarre sur le moteur électrique. Par défaut, la voiture se met en mode « Hybrid ».  Il faut donc passer en mode « Pure », en appuyant sur le panneau de commande en bas de la console centrale si vous voulez rouler uniquement en mode électrique, sinon c’est le système qui va gérer et arbitrer entre le moteur électrique et le moteur turbo diesel 2,4 L.

Notre parcours en ville a été en majeure partie opéré en mode zéro émission. L’autonomie, qui affichait entre 20 et 25 km lors de notre essai (le maximum est de 50 km), avait tendance à fluctuer en fonction des freinages et de la récupération d’énergie. Le mode zéro émission est plaisant, mais on sent que la V60 est une voiture lourde.

En mode hybride, le moteur diesel se déclenche sans vibration et avec discrétion quand on sollicite l’accélérateur. En cycle normalisé, Volvo annonce une conso de 1,9 L/100 km et 49 g de CO2. Toutefois, l’ordinateur de bord affichait lui une moyenne de 7,4 L/100 km.

Automatiquement, le système hybride gère l’afflux de puissance. Mais, il existe un mode « Power » qui permet d’avoir tout de suite la puissance (285 ch). Une fonction qui ne justifie que sur route, pour un dépassement par exemple.

Copyright carfutur.com