En raison d’un pétrole devenu moins cher, la voiture sportive et le pick up sont de nouveau sur le devant de la scène. De quoi désespérer les écolos ?

Le décalage est assez surprenant. Au CES de Las Vegas, la priorité est accordée aux énergies nouvelles (voiture électrique, hybride plug in, hydrogène), alors qu’à Detroit, on célèbre la voiture de sport (Corvette ZO6, Ford Mustang, Porsche 911 Targa, Infiniti Q50 Eau Rouge, Toyota FT-1, Lexus RC-F, Kia G4 Stinger, Nissan Sports Sedan Concept), le crossover musclé (Mercedes GLA 45 AMG, Volvo XC Coupé), la berline à gros poumons (Mercedes S600 V12 de 530 ch) et le pick-up (nouveau Ford F 150). La partie électrifiée se résume au concept Allroad Shooting Brake d’Audi (408 ch !) avec le système e tron quattro et sa chaîne de traction hybride plug in et les pick up électrifiés de Via Motors (dirigé par Bob Lutz, ex de GM et père de la Chevrolet Volt).

Est-ce pour autant la fin de la voiture électrique aux USA ? Certes non, le site Hybridcars.com nous apprend que les immatriculations de véhicules à batterie et hybrides rechargeables ont progressé de 80 % (96 602 unités en 2013). Leur part de marché est de 0,62 % contre 0,37 % en 2012. Le best-seller est la Volt, devant la Leaf et la Tesla S.

Ford F 150 2014

Mais, il y a un point que ne soulignent jamais les observateurs : le diesel fait plus de volume aux USA que la voiture électrique. Il s’est vendu l’an dernier 137 633 véhicules alimentés au gasoil. Soit, une part de marché de 0,89 %. Le clean diesel, qui ne bénéficie pas de prime à l’achat, continue de progresser. Les acteurs sont à une majorité écrasante des allemands, même si on relève la présence de Chevrolet (Cruze) et de Jeep (Grand Cherokee).

Par contre, l’hybride fonctionne bien avec un près d’un demi-million de véhicules vendus en 2013 et une part de marché de 3,19 %. Il faut dire qu’une cinquantaine de modèles sont à la vente.

Copyright Carfutur.com