Très en phase avec la téléphonie mobile, comme on a pu le voir au salon de Francfort avec son application pour garer la voiture à distance et depuis l’extérieur, ou plus récemment avec sa caméra de recul Wi-Fi qui affiche l’image sur l’écran du smartphone, l’équipementier français veut faciliter l’accès aux applications avec une interface adaptée à la conduite.

La solution s’appelle MirrorLink. C’est en fait un procédé développé par Nokia, et qui consiste à dupliquer en miroir (d’où son nom) l’écran du téléphone sur une console de bord. Sur un écran embarqué, de la taille d’un iPad, le conducteur peut ainsi piloter les applications de son smartphone, telles que la téléphonie, la navigation, la musique, la radio sur Internet, la météo, le trafic en temps réel, etc. La navigation est plus aisée en ayant recours aux dispositifs de contrôle, d’affichage et de sonorisation embarqués du véhicule. Valeo travaille par ailleurs sur des interfaces permettant d’intégrer de façon dynamique (c’est-à-dire sans intervention du conducteur) ces services dans le véhicule.

Cette implication de Valeo dans le véhicule connecté n’est pas un hasard. L’équipementier est devenu un membre actif du Car Connectivity Consortium (CCC), un organisme qui pilote l’innovation mondiale pour les solutions de connectivité téléphoniques pour l’automobile. Il y côtoie des marques comme Alpine, Daimler, Fiat, General Motors, Honda, HTC, Hyundai, LG Electronics, Nokia, Panasonic, PSA, Renault, Samsung, Toyota, ou encore Volkswagen.

L’idée ne plaît pas beaucoup aux pouvoirs publics, en particulier en France où la veille dans ce domaine est inexistante, mais dans le monde entier, la tendance est d’intégrer les applications liées au smartphone de façon intuitive et ergonomique. Et les acteurs français de l’automobile ne sont pas absents de ce mouvement.

Copyright carfutur.com