Si l’on en croit les propos d’Arnaud Montebourg, tenus à l’Assemblée Nationale, le plan de soutien à la filière automobile qui sera dévoilé le 25 juillet proposera un volet pour les véhicules hybrides et électriques.

Le plan d’aide à la filière automobile passera par un « soutien massif » aux véhicules « innovants et propres », mais les constructeurs devront donner des contreparties pour obtenir ces aides. Le ministre du redressement productif a qualifié « d’avantages compétitifs et comparatifs » les technologies de PSA sur l’hybride et de Renault sur les véhicules électrifiés. « Nos deux grands constructeurs, Renault et Peugeot, ont pris la décision, avec l’aide du grand emprunt* et du programme d’investissements d’avenir**, d’investir massivement sur la génération nouvelle de ces véhicules », a encore souligné Arnaud Montebourg. Il a même déclaré que la France avait dans ce domaine « beaucoup d’avance ».

Quel est donc cet avantage technologique ?

Dans le domaine de l’hybride, PSA est certes le seul (pour le moment) à proposer de l’hybride diesel en série***, mais on trouvera dans quelques mois sur le marché une Volvo V60 hybride diesel et rechargeable et une Mercedes Classe E hybride diesel. Accessoirement, le champion de l’hybride est un certain Toyota qui a vendu plus de 4 millions de véhicules dans le monde et qui produit sur le sol français la Yaris HSD. PSA aurait pu entretenir une réelle avance dans le domaine de l’hybride et de l’électrique, dans le cadre de la joint venture BPCE qu’il va selon toute vraisemblance quitter en raison de son alliance avec GM. Mais, c’est moins vrai aujourd’hui.

Quant à Renault, il aura à certes à l’automne une gamme de 4 véhicules ZE. C’est assurément une première mondiale. Mais, on fera remarquer au passage que la technologie n’a rien de très français (batteries japonaises de Nissan ou coréennes de LG, moteurs électriques allemands de Continental). Et surtout, le marché est inexistant. Les immatriculations sont très faibles, quel que soit le marché dans le monde, et il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur la pertinence de la stratégie adoptée par Carlos Ghosn.

Le dispositif d’aide à l’achat existe déjà avec le bonus et la commande groupée de l’Etat et des collectivités qui garantit un volume conséquent pour la Kangoo ZE et la Peugeot Ion.

Par contre, on n’entend pas trop parler de l’hydrogène et de la pile à combustible, des domaines dans lesquels la France a pourtant des atouts. Dommage, car les allemands et les japonais accélèrent sur le sujet.

On attend donc avec impatience les détails de ce plan.

*et ** : c’est la même chose !

*** Toyota l’a fait avant lui sur un utilitaire au Japon

Copyright carfutur.com