Archives du mot-clé Citroën C0

Immatriculations de véhicules électriques et hybrides de janvier : fort rebond des véhicules utilitaires

Le mois de janvier a encore été un mauvais mois pour les immatriculations de véhicules particuliers électriques avec 250 unités et ce malgré les débuts de la Zoé (70 immatriculations), une Nissan Leaf qui se tient bien (60 unités) et une Bolloré solide (58). La Ion (6) et la C0 (13) pourrait bien disparaitre du classement dans les prochains mois si rien n’est fait. Ce score est d’autant plus inquiétant qu’il est réalisé grâce aux commandes des constructeurs et des réseaux automobiles (204), sans doute les VD Zoé  pour une bonne partie. Ce qui signifie que seuls 46 VPE ont trouvé preneurs parmi les entreprises, les administrations et les particuliers.

OVE immatriculations VP électriques

En revanche, les immatriculations de véhicules utilitaires électriques connaissent un fort rebond. C’est le plus beau mois de l’histoire du VULE avec 522 immatriculations dont 419 Kangoo ZE. Enfin ce modèle phare de Renault décolle ! Les commandes des grandes entreprises et des loueurs commencent à se voir (404).

OVE immatriculations VUL électriques.png

Les hybrides se tiennent bien (3 661 unités) même si nous pouvions nous attendre à un score meilleur du côté de PSA (1 200 hybrides diesel).

OVE immatriculations Véhicules Hybrides

Copyright carfutur.com

Une Citroën C0 à 90 € par mois : oui c’est possible !

Citroën vient de frapper un grand coup en annonçant un partenariat entre son portail de mobilité Multicity et  Zilok, le pionnier de la consommation collaborative en France.

Zilok met en relation les particuliers qui veulent louer à d’autres particuliers les objets les plus courants voire les plus insolites ainsi que leur voiture personnelle via Zilok auto. Grâce à Zilok, Multicity enrichit ainsi son offre commerciale et propose désormais à ses membres la location automobile entre particuliers en plus des offres de covoiturage, de location courte durée, de réservation de billets de train ou de voyages. Citroën améliore encore son image de constructeur innovant avec des produits automobiles d’avant garde mais aussi en expérimentant des concepts nouveaux de mobilité.

Au delà de ce partenariat qui représente une très belle opération pour Zilok, Citroën propose une offre de location moyenne durée  de sa C0 à 90 € par mois sur 23 mois et 20 000 km, sans apport, et sans contrainte apparente.  Cette offre est destinée à promouvoir le véhicule électrique et les nouveaux modes de consommation automobile comme la location entre particuliers.

La viabilité du modèle économique de cette offre laisse dubitatifs les observateurs avertis. Pour 90 € par mois (hors assurance tout de même), un particulier peut donc avoir à sa disposition une C0 pendant 23 mois. En contre partie, il est invité à s’inscrire sur Multicity et à proposer à d’autres particuliers la location de sa voiture, mais il n’est pas tenu d’accepter les demandes de location qui pourront lui être adressées. Au cas où il accepterait une demande, le « propriétaire » de la C0 devrait reverser une commission à Citroën. Citroën espère ainsi rentabiliser son modèle économique.

En tout cas, cette opération est un montage marketing astucieux ainsi qu’une belle opération de communication pour les deux parties prenantes, Citroën et Zilok. Elle est aussi une bonne opération commerciale en permettant à Citroën de mettre des véhicules électriques à la route et d’atténuer le relatif échec commercial de sa C0 (16 immatriculations en mai). D’après le site Multicity, l’offre est limitée à 200 voitures et prend fin le 21 juillet prochain.

En revanche, est-ce vraiment un bon service rendu au marché automobile et au marché de la location (courte ou longue) ? car cette opération finit de détruire dans la tête des consommateurs tout référentiel de prix justes et cohérents. Les constructeurs ne sont-ils pas déjà les premières victimes de cette guerre des prix affichée ?

Copyright carfutur.com

Immatriculations de véhicules électriques et hybrides en avril 2012

Les immatriculations de VP électriques ont baissé au mois d’avril par rapport au mois de mars : 395 contre 483 et ce malgré le flux constant de mises à la route de véhicules Bolloré : 278. 50 Nissan Leaf, 21 MIA et des chiffres de plus en plus anecdotiques pour la Fluence (16), la C0 (15) ou la Ion (12). Bref pas de quoi pavoiser.

En VUL, en revanche, le marché fait plus que frémir avec un score de 328 VUE immatriculés, contre 170 le mois précédents. Le Kangoo prend son envol.

Assez forte baisse des véhicules hybrides (1 670) malgré le lancement de la 3008 H4, DS5 et 508. Baisse de la Auris et de la Prius.

Copyright carfutur.com

483 VP électriques immatriculés en mars 2012

Par rapport à mars 2012 (248 immatriculations) c’est un bond de près de 100%. Merci à Bolloré qui continue à immatriculer régulièrement ses 260 voitures par mois pour Autolib. En dehors de Bolloré qui n’existait pas en mars 2011, ce ne sont encore que 223 voitures électriques immatriculées en mars dont 94 Nissan, 35 MIA et 55 PSA.  Patience !

Les hybrides en revanche font un bond significatif de près de 50%.

Le VU électrique stagne étonnamment  (170 VUE en mars) malgré l’arrivée du Kangoo ZE.

15 000 euros : le prix idéal de la voiture propre

Voilà l’enseignement du salon de Genève. La seule solution pour faire adopter massivement les voitures propres est de descendre en prix. Et le seuil idéal semble être celui de 15 000 euros.

Quels sont les véhicules qui s’en approchent ?

Commençons par la Toyota Yaris HSD. Le plus abordable des modèles hybrides de la marque japonaise sera équivalent en prix, voire inférieur, à celui de modèles diesels concurrents. Et à ce tarif là (15 000 euros donc a priori, bonus de 2000 € déduit), la Yaris hybride (« made in France » qui plus est) en donne pour son argent : 100 ch et 79 g de CO2 par km, avec une consommation qui oscille de 3,7 à 3,9 L/100 km. Pour parvenir à une telle équation, le constructeur japonais a monté sous le capot un moteur 1,5 L de 74 ch (dérivé de la Prius 3 et plus léger de 16,5 kg), associé à un moteur électrique de 45 kW (61 ch) et avec des batteries Nickel Métal Hydrure. Le système hybride HSD a subi une réduction de taille, afin de pouvoir loger dans la Yaris. Il a aussi été optimisé, afin de solliciter le moins possible la mécanique. Par rapport à la concurrence, et notamment la Honda Jazz (16 950 €), la technologie de Toyota permet de rouler plus longtemps en mode tout électrique (jusqu’à 60 % du temps en milieu urbain).

Ce prix est aussi celui de la Zoé (à partir de 15 700 euros, bonus de 5000 € déduit) pour la la version d’entrée Zoé Life, fortement équipée de série avec la tablette multimédia intégrée Renault R-Link, le chargeur Caméléon (un chargeur compatible avec toutes les bornes et toutes les prises) et la climatisation régulée. Les deux versions haut de gamme, Zoé Zen et Zoé Intens sont au prix de 17 500 € TTC (bonus déduit). Le 4ème modèle de la gamme Renault ZE peut séduire une plus large clientèle en raison de son prix attractif, mais aussi par son design et par ses innovations (optimisation de l’autonomie jusqu’à 210 km cycle normalisé, freinage récupératif performant, pneus Energy EV de Michelin, générateur de son ZE Voice pour les piétons, services connectés à bord). Mais, il ne faut pas oublier que comme sur les autres modèles de la gamme Renault ZE, la batterie est proposée à part, avec un loyer mensuel à partir de 79 € TTC pour un forfait de 12 500 km annuel sur 36 mois.

15 000 euros, c’est aussi le prix de la Mia. Mia Electric va en effet introduire une offre avec location de batteries, en avril prochain. Ainsi, le nouveau prix d’entrée de la Mia (version blanche – 3 places – batterie 8 kWh) sera de 15 828 € TTC, avec une mensualité de 49 € TTC pour la location de batterie.

On notera au passage que Citroën s’en rapproche. La C-Zéro descend en effet à 16 300 euros TTC, (voire 11 300 euros en Alsace, où un bonus supplémentaire de 5000 euros est prévu pour les 500 premiers acheteurs d’un véhicule électrique), grâce à la location de batteries. La marque aux chevrons propose un abonnement pour 24 à 48 mois (ou plus) et pour un forfait de 10 000 à 20 000 km par an, pour des tarifs compris entre 80 et 140 euros TTC par mois.

Avec un tarif deux fois inférieur à la Leaf (dont les ventes sont d’ailleurs au ralenti malgré les indéniables qualités de cette auto), et trois fois moins cher que l’Opel Ampera (44 500 €), il n’est pas très difficile de deviner vers quels modèles va s’orienter la demande.

 Copyright carfutur.com