L’OVE s’est rendu au tout nouveau centre d’essai ZE, inauguré le 20 décembre dernier et qui vient d’ouvrir ses portes début janvier à Boulogne, à deux pas du siège de Renault, dans le quartier où se situe le journal l’Equipe. L’occasion était trop belle de découvrir le show room, la piste d’essai (sur 1,8 km au milieu de l’Ile Séguin, site du cœur historique de Renault) et surtout de prendre en main la Twizy. Car, le quadricycle de la marque au losange ne sortira qu’en mars prochain et à ce jour peu d’élus – hormis quelques VIP et de rares médias – ont eu l’occasion de le tester.

Il n’est pas vraiment nécessaire d’avoir des relations pour s’asseoir derrière le volant de ce drôle d’engin. Il suffit de se rendre au centre d’essai Renault ZE et de prendre rendez-vous. Prévu pour la session de midi, ce vendredi 6 décembre, je commence d’abord par la prise en main. Heureusement, le siège se recule et on peut chercher une bonne position. A l’arrière, on peut accueillir un passager en tandem avec une ceinture de sécurité et il y a même un mini coffre de rangement qui ferme à clé. J’ai déjà bouclé la ceinture, mais ce n’est pas suffisant. Il y a une deuxième ceinture sur le côté droit, qui s’enfile juste autour de l’épaule. C’est un 4ème point d’ancrage pour mieux protéger en cas de choc latéral. Il me faut ensuite déverrouiller le frein à main, caché sous le volant à gauche et qui ressemble au levier type aviation que l’on trouve dans la Mégane. Le sélecteur sur la position D, il n’y a plus qu’à accélérer.

Pour les essais ZE, on roule en file indienne. C’est Pauline, notre conseillère du jour, qui ouvre le convoi. Nous commençons par gravir la passerelle qui enjambe la Seine et qui mène vers l’Ile Séguin. Une première étape que la Twizy avale sans difficulté. Au bout de la passerelle, sur la gauche, une grille s’ouvre comme par magie pour laisser apparaître le circuit d’essai.

Et là, c’est la surprise : un circuit d’essai dont le tracé et la physionomie (tracé étroit, glissières très proches) fait penser au Grand Prix de Monaco. Il alterne courbes et lignes droites avec quelques parties techniques, tout cela dans le cadre d’une île qui accueillait autrefois une usine et qui est occupée en partie par le Cirque du Soleil. On se prend vite au jeu en accélérant à fond (64 km/h pour la partie la plus rapide) et en profitant de la récupération d’énergie à la décélération pour ralentir sans toucher au frein. J’ai eu l’occasion de faire plusieurs tours.

Rouler en Twizy est assez exaltant. On est au volant d’un vrai kart. L’engin est stable en toutes circonstances, grâce à un châssis développé par Renault Sport et dont les pneus (d’origine Continental)  ont été étudiés pour un comportement très sain. Mais surtout, l’ouverture sur l’extérieur (j’avais le modèle sans portes) me rappelle le BMW C1. Il y a d’ailleurs beaucoup de similitudes entre les deux (sécurité de niveau automobile, toit pour la protection, conduite sans casque, sensations pures).

On peut naturellement opter pour les demi-portes (sans vitres) qui s’ouvrent en élytre (façon papillon). Mais, la Twizy est plutôt un modèle pour les puristes. Bien sûr, on ne retrouve pas tout le confort d’une voiture (j’ai été surpris par l’absence par exemple de capteurs d’aide au stationnement quand on s’est garé au retour). Mais, il faut prendre la Twizy pour ce qu’elle est : un OVNI de la route que l’on peut croiser en permanence dans ce quartier de Boulogne. Et je dois dire qu’après l’essai, ça m’a fait tout drôle de voir passer dans la rue l’un d’eux avec un passager en tandem, sans bruit et dans la bonne humeur.

On se dit que malgré un concept décalé, dont le modèle économique n’est pas évident (accessible dès 16 ans en version bridée à 5 ch pour les parents qui préfèrent offrir un modèle à 4 roues plutôt qu’à un scooter, ou en version classique à 17 ch), dont les performances sont limitées (80 km/h, 100 km d’autonomie), Renault introduit vraiment un nouveau concept. Et la Twizymania semble avoir déjà débuté avec entre 30 et 40 essais par jour pour ce modèle au centre d’essai ZE.

 

Copyright carfutur.com