Il ne faut pas le dire trop fort, mais la seule solution à court terme pour doubler l’autonomie d’un véhicule électrique et rester en mode zéro émission est de passer par un range extender à pile à combustible.

 C’est une voie qu’explorent plusieurs constructeurs. Volvo, par exemple, travaille dessus et on verra des offres commerciales en 2014 chez FAM (F-City H2 avec une pile d’origine Michelin) et Mia Electric.

 Renault étudie aussi cette option. La marque au losange a coopéré avec la société savoyarde SymbioFCell qui développe une version HyKangoo à partir de l’utilitaire électrique du même nom. Grâce à une pile à combustible, alimentée par 1 kg d’hydrogène comprimé à 350 bars, il devient possible de passer à 300 km d’autonomie. L’autonomie pourrait même être triplée avec de l’hydrogène sous 700 bars. Mais, cette dernière technologie est encore trop chère.

SymbioFCell a développé un kit qui vient s’intégrer sur le Kangoo ZE, sans modifier l’architecture de ce véhicule. Il ne s’agit pour le moment que d’un test. Deux utilitaires HyKangoo vont ainsi être produits pour le compte de Solvay, une société belge, qui les utilisera à partir du mois prochain sur son site de Tavaux, dans le Jura.

Dans l’hypothèse d’une commercialisation, le surcoût serait de 10 000 euros. La solution est intéressante pour des flottes captives, car les entreprises (ou collectivités) pourraient disposer de leur propre infrastructure de remplissage pour l’hydrogène. Le plein de la pile ne prend que 3 mn, ce qui est très commode (mais il faut quand même recharger aussi la batterie quand elle est épuisée).

L’arrivée d’un range extender à l’hydrogène va marquer l’apparition d’une nouvelle vague de véhicules électriques. On appelle cela à l’Ademe l’électromobilité 2G (comme deuxième génération). Pour sa part, SymbioFCell explore d’autres coopérations pour d’autres types de véhicules et avec d’autres marques.

Copyright carfutur.com