Nous avons pu rouler avec le Hy Kangoo : le prototype d’utilitaire électrique avec prolongateur d’autonomie. Un concept qui donne une autre dimension à la mobilité électrique dans le domaine des flottes.

C’était l’une des attractions du dernier Mondial de l‘automobile : un Kangoo ZE transformé par les soins de SymbioFCell avec une pile à combustible de 5 kW en guise de prolongateur d’autonomie. La solution permet, grâce à 1,5 kg d’hydrogène*, de doubler l’autonomie qui passe ainsi à 300 km au lieu de 150, sans pour autant modifier l’architecture du véhicule. Le prototype a eu beaucoup de succès, aussi bien auprès des collectivités que des clients potentiels professionnels. Pourquoi un tel engouement ? La solution permet de bénéficier d’un bien plus grand rayon d’action (la pile gère la fonction chauffage et ne craint pas les températures hivernales) et le plein d’hydrogène ne prend que 3 mn (au lieu de 8 h). A ce propos, il suffit aux flottes captives d’installer une petite station qui transforme le gaz naturel  en hydrogène.

Le Hy Kangoo n’est pas seulement un véhicule de salon. Nous l’avons vu rouler chez Solvay**, où deux véhicules roulent dans l’enceinte de l’usine de Tavaux, près de Dôle dans le Jura. Il n’est guère différent du Kangoo ZE, si ce n’est la présence d’un écran en plus (pour l’autonome de la pile à combustible) et des rejets ponctuels d’eau à l’arrière du véhicule. Le volume utile est conservé, grâce à une intégration soignée de la pile et des bonbonnes d’hydrogène (placées sous le véhicule). Si le concept, transformé avec l’aide de Renault Tech donne toute satisfaction, l’idée est maintenant de développer la technologie. SymbioFCell annonce d’ailleurs la sortie d’un premier lot de 100 à 200 véhicules, dans le courant du second semestre 2013. Une ville française du sud ouest a déjà confirmé son intention d’acheter plusieurs véhicules.

Le range extender à l’hydrogène permet de pallier l’autonomie insuffisante des batteries.  Les retours en provenance de La Poste révèlent des difficultés par grand froid, que ce soit pour le Kangoo ZE classique ou pour les utilitaires PSA à batterie Venturi. D’où l’intérêt pour les professionnels de se doter d’une solution qui permet vraiment d’exercer son activité pendant des journées entières*** en mode zéro émission. Certaines professions, comme les livreurs, anticipent un probable durcissement de l’accès aux centres-villes qui ne serait réservé qu’aux seuls véhicules électriques. La clientèle se trouve en France, mais surtout en Allemagne et dans les pays nordiques.

La technologie développée par SymbioFCell est à la fois simple et pointue d’un point de vue soft. Elle peut être facilement industrialisée, par exemple sous la forme d’un kit agréé par Renault et qui pourrait être installé par Renault Tech sur le site de Maubeuge. Pour le moment, la solution est chère avec un Hy Kangoo qui reviendrait à 100 000 euros. Mais, à partir de plusieurs milliers, voire des dizaines de milliers, le surcoût redescend à 7000 euros et avec un TCO plus attractif que le diesel.

De plus, la solution pourrait s’adapter sur n’importe quel utilitaire électrique, que ce soient les futurs électriques de PSA (Berlingo et Partner développés avec Mitsubishi), le Mercedes Vito E-Cell ou le futur Nissan e-NV200.

*soit, l’équivalent de 63 litres comprimés à 350 bars

**le géant belge de la chimie, qui fournit les membranes de la pile à combustible et qui s’intéresse beaucoup aux énergies renouvelables, dont l’hydrogène.

***SymbioFCell a rencontré un professionnel en Allemagne qui s’était acheté deux Kangoo ZE, l’un pour le matin, l’autre pour l’après-midi.

Copyright carfutur.com