Après la 3008, la marque au lion a choisi de décliner sa technologie Hybrid4 sur la 508. Elle est disponible depuis fin mars avec la 508 RXH, une version allroad déclinée à partir du break qui vient concurrencer l’Audi A6 du même nom. C’est une baroudeuse, avec ses passages de roues élargis, ses extensions d’ailes et ses protections. Mais, la RXH est aussi une coquette qui joue aussi le côté chic avec des chromes satinés et une signature lumineuse avec 3 barres de feux à LEDs de chaque côté de la calandre flottante. Son équipement haut de gamme (affichage tête haute, phares au xénon, GPS à écran couleur et caméra de recul) n’est pas en reste.

La garde au sol, portée à 184 mm, permet de faire du tout-chemin en toute sécurité. La RXH peut même grimper des côtes jusqu’à 55 %, grâce à un couple équivalent à celui des crossovers 4007 et C-Crosser. Mais, vous la verrez plus souvent monter des rampes de parking que des dunes sur la plage du Touquet.

Offrant un mode 4 roues motrices qui peut faire la différence sur un terrain difficile, cette version bodybuildée de la 508 se veut aussi plus sportive. PSA a privilégié l’aide à l’accélération, avec le renfort des 37 ch du moteur électrique pour améliorer les performances.

Toutefois, nous avons pu constater que la RXH est lourde (100 kg de plus que la 3008 hybride) et que, malgré d’évidentes qualités (couple de 450 Nm, pneus de 18 pouces), elle n’est pas aussi performante qu’une A6 Allroad.

Elle reste néanmoins très sobre pour la catégorie avec une conso de 4,1 L/100 km et des rejets de 107 g de CO2 par km. Il est aussi assez étonnant de pouvoir se déplacer en mode électrique avec un tel engin de près d’1,8 tonne.

Les entreprises à la recherche d’une plus grande discrétion préfèreront peut être la 508 classique, en version Hybrid4. Moins lourde, et encore plus sobre, la grande routière de Peugeot sera plus typée confort. Avec une architecture qui privilégie la recharge rapide de la batterie, les professionnels pourront rouler en mode électrique pendant les deux tiers du temps en ville et un tiers du temps sur route. Ils pourront faire encore plus d’économies que sur la version classique HDI de la 508, qui intègre déjà le système e-HDI de coupure automatique du moteur.

La 508 est prisée par les sociétés, qui la choisissent à 47 %.  Elle est aussi motorisée essentiellement en diesel (96 %), ce qui plaide pour le choix de l’Hybrid4.

Copyright carfutur.com