Jean-Michel Billaut a écrit ce billet de réflexion sur un sujet qui lui est cher : l’arrivée massive de robots de plus en plus intelligents va bouleverser notre société. Tout le monde ne sera pas forcément d’accord avec ses conclusions, tant mieux, c’est justement l’intérêt de tels billets:  susciter la réflexion et le réveil de nos neurones.

Capture d’écran 2013-06-02 à 11.58.39

La «robotisation» du système économique est en marche…

en fait, elle a déjà commencé depuis quelques dizaines d’années. Avec des robots traditionnels (les 1.0), que tout le monde connaît. Ils sont tellement présents dans notre vie quotidienne, que nous n’y faisons plus attention :

– Robots de service (les distributeurs de billets par exemple) qui, à toute heure du jour et de la nuit, permettent de retirer des billets de banques. En lieu et place d’Etres Humains, qui recevaient auparavant leurs clients dans une agence de banque pour effectuer la même opération, et cela dans des plages horaires restreintes. Un Etre Humain se doit en effet de dormir, alors qu’un robot…

– Robots de services, mais aussi robots industriels qui, rivés au sol, répètent inlassablement les mêmes opérations, en lieu et place d’Etres Humains.Capture d’écran 2013-06-02 à 11.40.50

Quel est le pourcentage de la richesse nationale créée imputable aux robots ? 5 %, 10 % ? Personne ne le sait.

Et  si d’un coup de baguette magique on supprimait tous les robots de France, combien faudrait-il embaucher d’Etres Humains pour faire ce que font les dits robots ? Personne ne le sait .

A mon avis – toutes choses égales par ailleurs – l’embauche de nos chômeurs ne suffirait pas.

Arrive maintenant une deuxième génération de robots (les 2.0). Des robots humanoïdes qui marchent, courent, apportent le café (Asimo de Honda).ASIMO_Zurich__4_

Ou des robots quadrupèdes qui portent des charges lourdes par tous les temps (le Big Dog de Boston Dynamics).

Des robots pour aider des biologiques handicapés : l’exosquelette de Cyberdyne, les walking devices de Honda.

Des robots de services (pour ramasser nos poubelles), des robots aspirateur (Roomba), des robots voiture (la Google car ou Bosch Car), des robots volants (drones), des robots chirurgicaux, des robots soldats, des robots qui présentent le journal télévisé, des robots journalistes, des robots qui jouent d’instruments de musique (Toyota), etc.

La liste est déjà longue. Les robots s’incrustent dans tous les secteurs des activités humaines.

AldebaranRoboticsNaoNextgen10Et n’oublions pas le jeune robot Nao de la société française Aldebaran (mais restera-t-elle française ?). Un petit humanoïde, qui devrait bientôt avoir un petit frère, qui sera d’ailleurs plus grand que lui. Il s’appelera Romeo et sera un robot de services pour personnes handicapées par exemple.

Arrivent aussi des «robots» de plus en plus intelligents. Par exemple le Watson d’IBM qui est doté d’un énorme système d’intelligence artificielle et qui commence à travailler avec des médecins américains pour les aider dans l’établissement de diagnostics. D’aucuns pensent d’ailleurs que ce Watson arrivera à remplacer ces médecins à terme, en liaison avec des « sensors » équipants les Etres Humains malades ou non. La santé suivie en temps réel. Mais il n’y aura pas que les médecins, d’autres «sachants» biologiques sauront probablement aussi sur la sellette.

Ainsi, certains scientifiques comme Hans Moravec par exemple de Carnegie Mellon, pensent que vers 2050, les robots seront aussi intelligents que nous les «biologiques» (et pour pas très cher). Voire même plus intelligent. Aujourd’hui nous avons des « e-trucs » de l’ordre du million de Mips (million d’instructions par seconde), comparables aux neurones d’une souris (une fourmi par exemple a environ 500.000 neurones). E-trucs donc pour seulement 1.000 $ 1997 ! Loi de Moore oblige.

Ce qui fait dire à quelques philosophes que le Futur n’a pas besoin de nous (c’est que pense Bill Joy – fondateur de Sun et du langage Java).

Capture d’écran 2013-06-02 à 11.51.09La Révolution Agricole que nos ancêtres ont débuté il y a 10.000 ans dans le Croissant Fertile, a pu se faire grâce à des robots d’un genre un peu particulier : les esclaves. Les estimations que nous avons montrent qu’environ 20% de la population de ces époques reculées étaient des «robots 0.0».

La Révolution Industrielle que nos ancêtre ont amorcée en Angleterre il y a 300 ans a été permise grâce aux énergies fossiles et au prolétariat. Autre forme d’esclavage ?

Aujourd’hui, l’Humanité est en train de démarrer sa 3ème grande révolution. Les robots de tout poil en seront un pilier majeur.

Après tout, si nos chefs d’entreprises commencent à utiliser ces nouvelles races de robots qui ne tombent pas malades, qui ne sont pas syndiqués, qui ne font pas grève, qui travaillent jour et nuit, et qui sont de plus, intelligents… cela devrait entraîner un chômage massif chez les biologiques. Certes, d’autres secteurs d’activité vont peut être se développer donnant ainsi du travail à ces biologiques comme on a pu l’observer dans le passé. Mais rien n’est moins sûr car nous sommes probablement arrivés au bout de la « destruction créatrice » chère à Mr Schumpeter : les robots occupant tous les champs d’activité humaine.

Si 50 % ou plus de la population française est au chômage en 2030/2050, avec au mieux des revenus maigrelets, qui va acheter les produits que les robots fabriqueront ? Ci-aprés lire cet article intitulé  « Robotic Nation » sur le blog de Marshall Brain grand spécialiste des ces sujets aux USA.

Comment résoudre cette équation ? Si rien n’est fait, il se peut que de graves débordements se produisent.

Faut-il, comme le pensent certains, affecter un revenu minimum par Etre Humain ? Créer des Clubs Méditerranée partout pour les mettre toujours en vacances ?

Ou alors, est-ce qu’un nouveau système économique va se mettre en place, où les biologiques prendront leur destin en main ? La crise d’aujourd’hui favorise par exemple la consommation collaborative tout azimut. Ce type de consommation va-t-il s’étendre notamment pour la demande insolvable ? Des technologies nouvelles comme le 3D Printing pourraient-elles permettre à chacun de produire localement et à peu de frais, ce dont on il a besoin ?

D’un côté donc nous aurions une offre robotisée qui produit des choses. De l’autre une demande insolvable qui ne peut pas les acheter.

Dans les deux cas de figure, le systéme économique actuel et son soubassement capitalistique traditionnel auront quelques problèmes.

Capture d’écran 2013-06-02 à 11.46.21 Capture d’écran 2013-06-02 à 11.46.04Ces thèmes sont malheureusement très peu débattus en France. Ils ne sont pas encore sous le radar de notre élite politique, syndicale, philosophique, scientifique, religieuse ou patronale qui fonctionne comme si de rien n’était. Ce qui est dommage. Peut-être ne veut-on pas affoler les foules ? Peut-être que notre civilisation judéo-chrétienne nous conduit à penser que cela n’est pas possible. Peut-on en effet créer nous-mêmes des « êtres » aussi intelligents que nous, nous que Dieu à créé ?

Ce n’est pas quand nous serons au pied du mur que l’on va pouvoir gérer au mieux ce grand chambardement dans l’Humanité.

Mais que l’on se rassure. Une Commission «Innovation 2030» pilotée par Madame Lauvergeon (ex-Areva) vient d’être mise en place par notre Gouvernement. Peut-être que ces problèmes seront enfin abordés ?

Je me suis livré à un petit travail d’anthropologie numérique : les 20 membres de cette commission sont-ils « internet minded » ? Et pour cela j’ai adopté un critère simple, qui vaut ce qu’il vaut. Ont-ils un profil sur Linkedin ? 10/20 en ont un. Sur les 10 qui en on un, quatre seulement y ont une photo. Trois ont seulement une relation (ils ont dû s’inscrire pour voir) et l’un d’entre eux en a Trois. Deux autres ont moins de 200 relations.. Et les deux derniers en ont plus de 500. L’un des deux a 526 relations avec moi, et l’autre 122. Si je devais mettre une note au doigt mouillé sur « l’appétence numérique » de cette commission, je mettrais 3/10… avec annotation : « peut mieux faire » .

Commentaires divers

Si vous aussi vous voulez suivre ma veille technologiques dans ces domaines : il suffit de vous abonner à mon flux twitter (twitter.com/billaut). Et l’une des meilleures sources mondiales d’information sur ce thème O combien important est http://www.roboticsbusinessreview.com/

Une loi de 1848 a aboli l’esclavage en France. Mais selon des instances mondiales, il y aurait encore 20 millions d’esclaves biologiques en ce bas Monde.

Dieu le Père s’est-il trompé ? Il aurait viré nos premiers ancêtres du Paradis Terrestre en leur disant « Maintenant tu travailleras à la sueur de ton front ! » Il nous aurait dit aussi que nous étions le « summum » de la (sa) Création (avec notre néo-cortex biologique). Et que nous pourrions commander à toutes choses sur cette Terre.

Sur le fronton de l’Institut de Programmation de l’Université du KansaÏ (Japon) il est écrit (en japonais) : « En 2050, notre équipe de robots sapiens battra la meilleure équipe de football d’Homo Sapiens ». Les Zidane retourneront dans leur vestiaire.

La société chinoise Foxconn qui emploie actuellement 1,2 million de personnes pour assembler les produits d’Apple et autres, va « embaucher » un million de robots… Et mettre à pied 500.000 biologiques. Raisons invoquées : les travailleurs chinois demandent des hausses de salaires de plus de 15% par an, et en plus, ils veulent des conditions de travail décentes. La Chine a une population active de l’ordre de 800 millions de biologiques (3 à 4 fois moins en Europe et aux USA). Capture d’écran 2013-06-02 à 21.09.57Si les entreprises chinoises se robotisent, elles vont donc avoir – toutes choses égales par ailleurs – un volant de chômeurs beaucoup plus important qu’en Occident. Sur ce plan, on dit qu’Apple va rapatrier certaines de ses productions aux USA et construire une usine au Texas  dans ce but (dans le cadre de la « reshoring initiative »). Certains analystes américains pensent que cette usine n’aura qu’une dizaine de biologiques pour la faire fonctionner. 

Au fait savez-vous qui en Europe emploie le plus de robots ? L’Allemagne.

Aprés avoir mis 3,8 milliards de $ sur la table pour séquencer en 13 ans l’operating system des Homo Sapiens (votre ADN avec ses 23 paires de chromosomes), les Américains s’attaquent maintenant au cerveau de l’Homo Sapiens. Comment fonctionne-t-il ? Beaucoup d’argent est mis sur la table : trois milliards de $ prévus sur une dizaine d’années. L’Europe s’y met aussi (mais avec seulement un milliard d’euros). Objectifs : guérir les maladies neuronales, et fabriquer des cerveaux qui fonctionnent aussi bien que celui d’un X-Mines ou d’un Enarque gaulois. Voilà qui va faire les choux gras des robots sapiens.

Google a embauché l’un des chantres de la « singularité » et du transhumanisme : Ray Kurzweil. Devinez pourquoi ?

Période curieuse quand même. Les Françaises malgré la crise et le stress que cette dernière engendre, « fabriquent » de plus en plus de biologiques. Donc la population française augmente. On se réjouit de cela dans les milieux autorisés. D’autre part, avec les progrés de la médecine (nanomédecines, etc.) les biologiques vont vivre de plus en plus vieux, et vont mourrir de plus en plus tard. Le Docteur Laurent Alexandre pense ainsi que notre espérance de vie dans les années à venir, pourrait atteindre 500 ans voire plus (à regarder absolument la vidéo ci-dessous). Donc, à un instant donné, il y aura de plus en plus de biologiques, qu’il va falloir occuper.

Et en même temps, les robots arrivent. Je me demande ce qu’il va se passer.

Comment nos biologiques socialos et nos biologiques libéros vont-ils aborder ce problème ?

Chirurgien et urologue de formation, Laurent Alexandre est également diplômé de Science Po, d’HEC et de l’ENA. Hyperactif et pionnier d’internet, ce coureur de marathon est le co-fondateur, dans les années 90, de Doctissimo.fr avec Claude Malhuret. Auteur en 2011 d’un essai intitulé « La mort de la mort », il s’intéresse aujourd’hui aux bouleversements que va connaître l’humanité conjointement aux progrès de la science en biotechnologie.

Jean-Michel Billaut

jmbillaut@yahoo.fr