Dans le cadre du congrès Mobilis, qui se tient en ce moment à Mulhouse, La Poste présente un projet de plateforme visant à recharger des véhicules de tournée alimentés par une pile à combustible.

Acteur reconnu de la mobilité électrique, La Poste ne se contente pas des Kangoo ZE et des autres véhicules électriques (quads, vélos). L’administration explore également la piste de l’hydrogène. Elle est en effet impliquée dans le projet MobyPost*, financé à 50 % par des fonds européens. « L’hydrogène nous intéresse en complément du tout électrique », confirme Eric Gauthier, en charge de la veille technique sur les véhicules à La Poste.

Le principe est de faire rouler des véhicules spécifiques pour la tournée des facteurs d’Audincourt (Doubs) et de Perrigny (Jura). Ces engins, au nombre d’une dizaine et qui  seront réalisés par l’italien Ducati Energia, accueilleront une pile à combustible du suisse MES, alors que les réservoirs d’hydrogène seront fournis par la PME franc-comtoise Mahytec. L’autonomie sera de 50 km pour une vitesse de 50 km/h.

Le projet concerne également l’aspect infrastructure. L’hydrogène sera produit à l’aide de panneaux solaires d’une puissance de 40 kilowatts-crête installés sur les centres postaux. Compressé à basse pression jusqu’à 30 bars, l’hydrogène est ensuite réinjecté dans les réservoirs des véhicules pendant la nuit. Il sert ainsi à la fois à prolonger l’autonomie des véhicules et à stocker l’énergie solaire, qui est par nature intermittente.

Ce type de configuration annonce le futur de la mobilité, avec l’hydrogène qui joue le rôle d’un vecteur énergétique.

*Mobility with hydrogen for Postal Delivery

Copyright carfutur.com