La GT électrique à la française ne vise pas tout à fait le marché du véhicule d’entreprise. Mais, elle n’en demeure pas moins une incroyable vitrine technologique.

Aussi chère (400 000 €) que la Mercedes SLS AMG E-Cell, la Furtive-eGT se montre tout aussi performante et même plus. Elle est en effet plus rapide en accélération (3,5 s de 0 à 100 km/h contre 3,9) et revendique une plus grande autonomie pour ses batteries (310 km contre 250). Ces caractéristiques techniques hors normes ont une explication logique. Exagon Motors est impliqué depuis des années dans le Trophée Andros électrique, dont il fournit les voitures avec ses partenaires Siemens et Saft. Les recettes utilisées en compétition ont été adaptées à la route.

C’est ainsi que la Furtive-eGT embarque deux moteurs électriques de dernière génération, compacts (ils pèsent 51 kg chacun) et développant chacun 148 kW de puissance. Soit 296 kW au total, l’équivalent de 402 ch pour un couple de 516 Nm. Quant aux batteries, elles sont fabriquées par Saft, leader mondial des batteries lithium-ion avec 80 % du marché dans l’aérospatiale mais aussi dans le domaine militaire et en Formule 1. Ces batteries de dernière génération délivrent une capacité de 53 kWh et développent 360€V de tension nominale. Plutôt que du low cost d’Asie, Exagon a choisi des batteries françaises de qualité, certifiées pour 3000 cycles (le double de la moyenne).

Le secret réside aussi dans l’intégration de ces composants. Installés en position centrale arrière sur un berceau en aluminium, les moteurs électriques sont reliés entre eux par une boîte de vitesses à trois vitesses sans rupture de couple. Exagon a par ailleurs eu l’idée d’utiliser le poids (480 kg) des batteries pour en faire un avantage. L’architecture de la coque en carbone a permis de les placer dans le plancher de la Furtive-eGT. Cette disposition a pour conséquence l’abaissement du centre de gravité et donc une quasi-absence de roulis en virage, gage d’un comportement dynamique exceptionnel.

Ces choix techniques ont été validés sur piste par Michelin. Le firme de Clermont est en effet partenaire du projet et ne se contente pas de développer des pneus sur mesure. Bibendum met à disposition une équipe dédiée pour les liaisons au sol, ainsi que ses installations pour affiner la tenue de route de la bête. A ce jour, la Furtive-eGT est la voiture dont le centre de gravité est le plus bas au monde. Elle fait aussi preuve d’une incroyable agilité, en raison de son inertie polaire.

Même si les journalistes n’ont pas encore pu la tester vraiment (les essais sont prévus vers mai-juin 2013), les chiffres sur le papier impressionnent. Et les moteurs électriques réagissent quasi-instantanément, en à peine 1/10ème de seconde ! Ce n’est pas un hasard si Audi semble vouloir reporter le lancement de sa R8 e-tron, qui n’est plus au niveau face à une cavalerie et dont le record au Nürburgring sera amélioré. On précisera aussi que le patron de McLaren, Ron Dennis, qui était le voisin d’Exagon Motors au Mondial de l’Automobile, est venu deux fois voir l’engin.

Vitrine d’un savoir-faire français, avec 70 à 80 % des composants d’origine tricolore et une certaine idée du luxe, la Furtive-eGT séduit déjà des acheteurs du monde entier qui ont passé commande. Les carnets sont pleins pour 2013.

Copyright carfutur.com