carburant-gnv

Dans son optique de réduction de la pollution atmosphérique (on ne dit plus le diesel ?), la ville compte sur le vélo, les taxis et les utilitaires électriques, mais aussi sur les véhicules au gaz avec laide de La Poste

C’est à travers un accord conclu avec le concours financier de la Région Ile-de-France que l’adjoint au Maire de Paris en charge des transports, Christophe Najdovski, va contribuer au développement du Gaz Naturel Véhicule (GNV) dans la capitale. Ce carburant permet jusqu’à 80 % d’émissions en moins de particules fines et d’oxyde d’azote (par rapport « à un véhicule diesel de norme Euro 2 à Euro 5 ») et réduit même de 98% les émissions de gaz à effet de serre, par l’utilisation du biométhane carburant (mais seulement de 20 % avec du gaz classique).

Ce partenariat va permettre la mise en place d’une infrastructure adaptée, en associant les forces de Paris, du SIGEIF (Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France), de GrDF et du Groupe La Poste. Paris s’engagera notamment à expérimenter des véhicules GNV au sein de sa flotte municipale et à reconvertir des stations-services en stations multi-énergies.

Pour La Poste, qui roule déjà à l’électrique et même à l’hydrogène, c’est une énergie alternative de plus à son actif.

Copyright Carfutur.com