Mitsubishi

Le constructeur japonais lance en mars son premier modèle hybride rechargeable.

Un 4X4 à 44 g de CO2 et au TCO alléchant.

Après la Toyota Prius VHR et la Volvo V60 Plug in Hybrid, c’est au tour de Mitsubishi d’arriver sur le marché avec l’Outlander PHEV. Conçu dès l’origine pour accueillir une chaîne de traction hybride rechargeable, ce modèle fait la synthèse entre trois univers : celui de la i-MIEV pour les composants électriques, celui du Pajero pour le tout-terrain et celui de la Lancer Evolution pour la transmission intégrale. Pour résumer, on peut présenter l’Outlander PHEV comme un croisement entre un SUV et un monospace. Un véhicule un peu imposant et lourd (1,8 tonne), mais électrique.

Si l’architecture combine un moteur thermique (2 L essence de 121 ch) avec deux moteurs électriques de 60 kW (82 ch) chacun, répartis entre l’avant et l’arrière, l’Outlander PHEV favorise un maximum le roulage en mode électrique. L’autonomie, donnée pour 52 km, est plus proche de 30, mais cela est largement suffisant pour faire un trajet domicile-travail. En arrivant, il suffit de brancher le 4X4 sur une prise. Le plein prend alors 5 h (ou 3 h 30 en mode 16 ampères).  Mais, il y a mieux. L’Outlander PHEV peut aussi recharger la batterie de 12 kWh en roulant. Une opération qui prend 40 mn, avec le moteur thermique qui vient alimenter un générateur, lui-même fournissant du courant électrique. Il est également possible de préserver la charge de la batterie par un mode Save qui va la maintenir à un certain niveau (par exemple 50 %), en faisant intervenir ponctuellement le moteur thermique et en jouant sur la récupération d’énergie au freinage.

Mis à part sur autoroute, où c’est le moteur thermique qui entraîne les roues avant (la transmission intégrale ne se déclenchant qu’en cas de perte d’adhérence), le SUV de Mitsubishi roule en mode 4X4 et la plupart du temps en mode électrifié.

Lors de notre essai, sur un parcours varié, nous avons fait du 5 L/100 km. Ce qui n’est vraiment pas mal pour un engin de cette taille. Et le fait de pouvoir rouler en mode zéro émission en ville peut vraiment faire changer d’avis sur l’image qu’on se fait du 4X4.

Pour conquérir la clientèle des entreprises, Mitsubishi dispose d’un département Lease. La marque affiche un TCO de 39 euros pour 100 km pour son 4X4 électrique. Une valeur qui pourrait séduire, même si l’Outlander PHEV accuse une différence de 8000 euros par rapport à la version thermique en diesel, bonus déduit. Le fait est que ce modèle a littéralement cartonné aux Pays-Bas, où la réglementation est particulièrement favorable aux voitures électriques, en particulier pour les véhicules de société. Le constructeur y a immatriculé 8000 exemplaires de ce 4X4, qui a été choisi par des avocats, des médecins et des entrepreneurs, en plus des entreprises. Tous ces clients ont remisé leurs rutilantes Audi et autres Porsche Cayenne. En France, les objectifs sont plus modestes avec 800 unités cette année. Mais, l’Outlander PHEV représente une réelle alternative, avec un positionnement haut de gamme, du volume de chargement et la possibilité de sortir des sentiers battus. Il marque en tout cas une nouvelle ère chez Mitsubishi.

Copyright Carfutur.com