Classe B électrique

Le groupe Daimler, qui détenait encore 4 % du capital du constructeur californien, a revendu ses parts pour récupérer 780 millions de dollars.

Une belle somme qui viendra gonfler les comptes de Daimler et l’aider à financer d’autres projets de développement. Pour justifier ce retrait, le responsable de la recherche Thomas Weber explique que le groupe a soutenu Tesla comme une start up (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec une valorisation de 35 milliards de $) et que les deux partenaires ont beaucoup appris l’un de l’autre. L’un dans le domaine des batteries, l’autre sur la façon de produire des automobiles en série.

Il est vrai que Daimler a bénéficié du savoir-faire de Tesla pour la première génération de la Smart Fortwo ED et la Mercedes Classe B électrique qui arrive en novembre en Europe (et qui a été lancée l’été dernier aux Etats-Unis). A priori, le partenariat technique n’est pas affecté et va se poursuivre. Néanmoins, Thomas Weber précise que cet accord n’est qu’un des éléments dans la stratégie pour l’électromobilité, le groupe ayant par ailleurs une activité de production de batteries avec Deutsche Accumotive.

En attendant, il semble surtout que Daimler préfère se concentrer sur l’hybride rechargeable. Pas moins d’une dizaine de nouveaux modèles sont annoncés d’ici 2017 sur l’ensemble des segments du marché.

Daimler, qui avait acquis initialement 9,1 % du capital de Tesla en 2009 pour 50 M de $ – et qui en avait transféré 40 % à un groupe d’investissement d’Abou Dhabi, n’a donc plus aucun lien financier avec le constructeur californien. Reste à voir comment la bourse va accueillir cette décision et ce que dira Elon Musk, lors de la présentation des résultats du 3ème trimestre le 5 novembre prochain.