La sécurité des piétons sera au cœur de la Semaine mondiale de la sécurité routière des Nations Unies qui sera célébrée du 6 au 12 mai 2013. Un rapport publié par le Forum International des Transports, lié à l’OCDE, souligne le rôle des gouvernements nationaux pour améliorer la mobilité des piétons et propose 12 recommandations.


Ces propositions sont les suivantes :
1-Intégrer les besoins des piétons dès les premières étapes des projets d’urbanisme et des investissements dans les infrastructures et projets de transport.
2 -Définir des responsabilités administratives claires à tous les échelons des administrations de manière à coordonner les initiatives visant à promouvoir la marche.
3-Améliorer les connaissances sur la marche: développer des méthodes normalisées de recueil de données, de mesure et de surveillance de la mobilité piétonne. Créer des observatoires nationaux des piétons et encourager les comparaisons internationales.
4-Intégrer les services de transport en commun dans le développement des nouvelles zones urbaines. Cette mesure peut contribuer à un changement à long terme vers une forme urbaine axée sur la marche et les transports en commun, à forte densité et à usage mixte.
5-Donner de plus grands espaces à la circulation non motorisée en centre-ville: assurer aux piétons un accès facile, bien entretenu et sûr aux transports en commun et à toutes les destinations en centre-ville ; aménager des zones piétonnes ; décourager l’utilisation excessive de la voiture en centre-ville et empêcher le stationnement sur les trottoirs et aux passages pour piétons.
6-Élaborer un guide national des aménagements piétonniers pour les administrations locales. Les plans doivent prendre en compte l’impact des projets sur les piétons et les cyclistes. Ils doivent également envisager l’élaboration et l’établissement d’objectifs sur le volume des déplacements à pied.
7-Encourager les employeurs à prendre un ensemble de mesures incitant leurs salariés à inclure un transport actif dans leurs déplacements domicile-travail.
8-Adopter une approche orientée vers un « système sûr » pour la conception d’aménagements pour les piétons (une approche « système sûr » reconnait que l’usager de la route peut commettre des erreurs et requiert une conception des routes qui en tienne compte afin d’éviter le risque de blessure grave).
9-Mettre en œuvre des politiques de modération de la vitesse et généraliser les zones 30 dans les zones à forte activité piétonne.
10-Encourager l’introduction de programmes éducatifs de haute qualité dans les établissements scolaires et les centres publics de formation.
11-Mener une lecture critique des codes de la route actuels afin de renforcer la protection juridique et financière des piétons.
12-Élaborer une stratégie de recherche pour mieux comprendre les tendances en matière de mobilité et les comportements.
L’OCDE rappelle que la marche ne coûte pas cher, ne génère pas d’émissions polluantes et représente jusqu’à 50 % des trajets en milieu urbain. Toutefois, ces usagers sont particulièrement vulnérables aux accidents de la route et on estime chaque année à 400 000 le nombre de piétons tués dans le monde, soit environ un tiers des victimes de la route.

Copyright carfutur.com