S500 plug in profil

Si les premières voitures électriques de BMW (i3) et de Volkswagen (e-Up ! et e-Golf) sont très attendues, c’est sur le front de l’hybride et du plug in que l’on va dénombrer le plus de nouveautés.

Toutes proportions gardées, c’est sans aucun doute la Mercedes S500 hybride rechargeable qui mérite le plus grand coup de chapeau. Elle se contente d’à peine 3 litres aux 100 en moyenne (69 g de CO2), grâce à la combinaison d’un V6 3 L turbo de 333 ch et d’un moteur électrique de 80 ch, en association avec une batterie lithium-ion qui autorise 30 km en mode électrique. La S500 Plug in propose 4 modes de fonctionnement : Hybrid, E-Mode (électrique seulement), Save (pour préserver la charge de la batterie en vue d’un roulage électrique ultérieurement) et Charge (qui permet de recharger la batterie avec le moteur thermique). La voiture se recharge avec une prise logée dans le pare-choc arrière.

L’hybride rechargeable est aussi en approche chez BMW. La technologie est présentée sur deux concepts : le X5 eDrive et l’Active Tourer Outdoor. Le premier combine un quatre cylindres avec TwinPower Turbo et un moteur électrique de 70 kW (95 ch), de façon à offrir encore plus de sportivité, mais aussi une plus grande sobriété, avec une consommation moyenne de 3,8 litres aux 100 kilomètres. Grâce à sa batterie lithium-ion, le SUV autorise une conduite tout électrique pendant 30 km, et jusqu’à 120 km/h. Selon les besoins, le conducteur peut choisir entre trois modes de conduite : entraînement hybride intelligent avec un rapport optimal entre sportivité et efficacité, tout électrique, ou encore « Save Battery » pour maintenir l’état de charge actuel de la batterie. Le second, qui préfigure un futur monospace dans la gamme, loge sous le capot un moteur 1,5 L turbo à trois cylindres boosté par l’électrique (190 ch, 2,5 L/100 km, 60 g de CO2, autonomie de 30 km).

Toujours dans le Premium, on peut signaler la présence de l’A8 Hybrid chez Audi. Cette version de 245 ch, combine un moteur 2L TFSI et un moteur électrique. Dans cette configuration, l’A8 Hybrid limite sa consommation à 6,3 L/100 km (147 g de CO2). Elle peut parcourir 3 km en mode électrique grâce à sa batterie lithium-ion. BMW présentera pour sa part la nouvelle Série 5 et la version ActiveHybrid 5 qui a été optimisée. Elle dispose désormais d’une version de l’Assistant d’anticipation qui lui est propre et qui détermine l’interaction entre les moteurs thermique et électrique en fonction du profil de la route. Mais, c’est Land Rover qui crée la surprise avec le Range Rover hybride diesel. Par rapport à la version classique en diesel, la consommation est abaissée de 26 % pour des rejets de CO2 limités à 169 g par km. Aussi performant qu’un 8 cylindres, le Range hybride combine un moteur 3 L SDV6 et un moteur électrique de 35 kW (3640 ch au total). L’ensemble de la chaîne de traction hybride ne dépasse pas les 120 kg. Le véhicule peut rouler pendant 1,6 km en mode tout électrique, jusqu’à 50 km/h maxi.

Côté sport, la grande star du salon est sans conteste la 918 Spyder. Cette super car hybride rechargeable de Porsche développe 887 ch en cumulé, atteint une vitesse de pointe de plus de 340 km/h et expédie le 0 à 100 km/h expédié en 2,8 s. Cette GT hybride rechargeable boxe dans la même catégorie que LaFerrari et la McLaren P1. Elle bénéficie des connaissances acquises par Porsche en course avec la 911 GT3 R Hybrid et ne propose pas moins de 3 moteurs, contrôlés par un système de gestion intelligente qui repose sur cinq modes de fonctionnement à la carte. Audi semble décidé à lui donner la réplique avec le concept Sport Quattro. Ce prototype préfigure une future super car hybride rechargeable, à même de rivaliser avec Porsche et Ferrari. La bête devrait développer 800 ch et quatre roues motrices, avec dans le détail un V8 bi-turbo de dernière génération déjà présent sous le capot de la RS7 (avec désactivation des cylindres) de 650 ch, couplé à un moteur électrique de 170 ch. Tout aussi remarquable, la BMW i8 sera aussi de la partie. La marque allemande va révéler sous ses traits définitifs ce roadster hybride rechargeable. Prévue pour être lancée à la mi-2014, la version de série délivrera des performances étonnantes, grâce à son moteur 1,5 L turbo à 3 cylindres (231 ch), couplé à un moteur électrique (celui dérivé de la i3) et une batterie lithium-ion. Bilan : une puissance globale de 362 ch et une consommation inférieure à 2,5 L/100 km selon le cycle NEDC. Réduire le CO2 n’empêche pas pour autant le plaisir de conduire. Toujours dans la catégorie sport, Toyota présentera en première mondiale un nouveau concept-car : la Yaris Hybrid-R. Conçu sur la base d’un modèle de série, ce concept se caractérise par un système hybride associant un puissant moteur à essence de faible cylindrée (1,6 L GRE) à deux moteurs électriques, pour produire une puissance maximale combinée de plus de 400 chevaux. L’auto dispose ainsi d’une transmission intégrale électrique intelligente. Le concept Hybrid-R (comme Racing) a recours à une technologie similaire à celle de la Toyota TS030 du Championnat du Monde d’Endurance, avec un stockage de l’énergie récupérée au freinage dans un supercondensateur, qui se caractérise par sa forte densité de puissance, ses charges et décharges rapides. Mais, elle est complétée par un contrôle bi-mode qui lui permet d’être efficace sur route et sur piste.

Et chez les français ? Peugeot va présenter au salon de Francfort la version définitive de son projet 208 HYbrid FE, réalisé en partenariat avec Total et qui vise les 2 litres aux cent (pour 49 g de CO2). L’objectif est de consommer deux fois moins que le modèle d’entrée de gamme (la 208 1.0 L VTi 68 ch), mais avec les mêmes performances que la 208 GTi (de 0 à 100 km/h en 8 secondes). Ce concept un peu extrême a mis l’accent sur l’aérodynamique, l’allègement (200 kg de moins, grâce à l’emploi massif de matériaux composites et de polycarbonates) et le rendement. La chaîne de traction hybride associe un moteur 3 cylindres à essence optimisé et sa boîte pilotée avec une machine électrique et une batterie issues de l’expérience de l’Endurance.

A noter enfin la présence d’une autre nouveauté importante, la nouvelle Honda Jazz hybride. Le constructeur japonais a entièrement revu son système hybride, plus compact, plus léger et adapté aux véhicules de petites dimensions. Associé à un tout nouveau moteur 4-cylindres en ligne de 1,5 L à cycle Atkinson avec taux d’expansion élevé, le système SPORT HYBRID i-DCD se compose d’une transmission à double embrayage à 7 rapports, un moteur électrique de forte puissance et d’une unité de puissance intelligente équipée d’une batterie lithium-ion intégrée. Par ailleurs, grâce à l’adoption d’un servofrein électrique, qui optimise la récupération d’énergie au freinage et d’un compresseur électrique qui réduit la charge du moteur, le système SPORT HYBRID i-DCD améliore la consommation de carburant de plus de 35 % par rapport à l’actuel système hybride IMA. Au Japon, la Jazz hybride a été homologuée pour une consommation de 2,74 L/100 km, qui serait la plus faible de tous les modèles hybrides de ce pays. Le système SPORT HYBRID i-DCD sélectionne automatiquement l’un des trois modes au choix, en accouplant/désaccouplant le moteur thermique ou le moteur électrique en fonction des conditions de conduite. Ces trois modes sont les suivants : EV Drive (électrique), Hybrid Drive (Hybride – moteur thermique + moteur électrique) et Engine Drive (Thermique – moteur thermique seul).

Voir le diaporama :

Copyright Carfutur.com