107©X_MUYARD_OVE_Conf14_02_12

En 12 ans, le nombre de tués sur nos routes est passé de 8 170 à 3 645 personnes. Ce résultat spectaculaire est le fruit d’efforts partagés par de multiples acteurs qui cherchent à faire toujours  mieux en matière de sécurité routière.

Pour rendre nos véhicules toujours plus sûrs et plus efficaces, les industriels, constructeurs et équipementiers débordent d’idées. Deux tables rondes organisées par l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise ce mardi 17 décembre ont donné un aperçu de ce que préparent leurs bureaux d’études…

Si l’on en croit les propos échangés lors de ces rencontres, nous n’en sommes effectivement qu’au début des (r)évolutions qui vont rapidement transformer nos véhicules dans les années à venir. Aux systèmes embarqués que nous utilisons déjà (ABS, ASR, ESC,….) s’ajoutent progressivement des applications dites « de confort » tel le système de parking automatique, ou « de sécurité » comme l’aide au freinage d’urgence (Mercedes), l’évitement de piétons (Volvo, Toyota,…) ou le système d’alerte anti collision (VW,…).

Ces nouvelles fonctions, comme d’autres innovations à venir, préparent l’apparition du véhicule autonome, voire même du véhicule 100% automatisé, comme en rêve Google. Communicante et connectée, la « Googlecar » roule en effet depuis plusieurs mois sur les routes des Etats Unis sans aucune intervention humaine. 12 exemplaires ont déjà parcouru plus de 800 000 km apparemment sans accident ; et ce n’est qu’un début : en Allemagne, dans les pays du nord de l’Europe, de nombreuses expérimentations voient le jour chez Mercedes, Volvo ou BMW.

Nos voitures se devaient déjà d’être sobres, responsables, respectueuses de l’environnement, demain on leur demandera d’être aussi des modèles d’intelligence, d’interactivité et de vertu…. Elles communiqueront entre elles par wifi, déclencheront le passage au vert des feux de circulation, détecteront et respecteront automatiquement les limitations de vitesse, repèreront les piétons au bord des routes la nuit, avanceront toutes seules dans les embouteillages, et nous obligeront même à nous arrêter en cas de perte d’attention,…

On était habitué à ce que l’automobile obéisse à son conducteur, il va falloir changer d’habitudes ! Aussi, pour impliquer ou distraire le pilote devenu passager d’une voiture autonome, Valeo met au point le tableau de bord intuitif commandé par un déplacement de la main ou du regard, Renault développe toujours plus d’applications sur sa tablette tactile R-Link, Google pense à faire du temps de trajet un moment de business,… Les idées ne manquent pas !

Et le client dans tout cela ? Est-il prêt à se laisser déposséder d’un certain nombre de responsabilités ? Est-il résolu à perdre un peu de son autonomie, de sa liberté automobile ? Les professionnels assurent que oui ; les sociologues sont plus hésitants. Si l’efficacité des technologies embarquées n’est mise en cause par personne, les réactions humaines à cet environnement d’assistances diverses et variées sont moins facilement prévisibles.

L’avenir, là aussi, nous en dira plus très bientôt.

Copyright Carfutur.com