Avant de partir du groupe Renault-Nissan, où il pilotait une mission exploratoire sur la voiture connectée, Patrick Pélata, l’ex numéro 2 de la marque au losange, a reconnu que Google et Apple avaient un modèle économique dangereux pour les constructeurs. Voici pourquoi.

Alors que des millions de clients n’hésitent pas à confier leur numéro de carte bancaire à Apple, pour pouvoir télécharger des applications sur leur iPhone ou leur tablette, ils sont beaucoup moins à vouloir souscrire à des services proposés par l’industrie automobile, comme par exemple l’appel d’urgence. Et encore, la plupart du temps cela se fait gratuitement.
L’enjeu pour les marques est de convaincre les automobilistes de s’abonner à un bouquet de services adapté à leur véhicule, plutôt que d’utiliser ceux dont ils disposent déjà sur leur iPhone, leur Blackerry ou leur mobile Android ou Windows. Pas gagné. C’est pourtant le pari d’un Renault qui lance son R-Link Store, destiné à alimenter en applications sa tablette embarquée. La stratégie est similaire chez d’autres marques, à un degré plus ou moins avancé. Mais, l’utilisation d’Internet à bord de la voiture, avec tous les services qui vont avec (musique, vidéos, jeux, e-mails) intéresse en premier lieu les géants du Web. Ce n’est pas un hasard si Microsoft a élaboré un concept car (Project Detroit sur la base d’une Ford Mustang), avec toutes ses technos depuis le Windows Phone à la commande Kinect de la Xbox 360 en passant par son moteur de recherche Bing, la tablette tactile et le cloud computing. Et peut-on croire que Google va rester les bras croisés, lui qui fait rouler des Prius automatisées et connectées dans le Nevada ? C’est que la perspective de pouvoir afficher des informations géolocalisées, sur l’écran embarqué ou le pare-brise, aiguise les appétits.
La solution serait donc de faire mieux et plus vite. C’est pourquoi certains constructeurs (BMW, Ford, GM, Mercedes, Renault-Nissan) ont une antenne dans la Silicon Valley pour repérer les start up. Mais, l’industrie automobile en a-t-elle les moyens ?

Copyright carfutur.com