parking villeurbanne

Dans un guide sur « La juste place de la voiture dans la mobilité de demain », et édité par Mobivia Groupe, en partenariat avec France Nature Environnement, PSA et Keolis, un certain nombre de mesures sont proposées pour rééquilibrer les modes de déplacement. Il est notamment question du stationnement.

Et de ce côté, il y a du nouveau. La loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles prévoit la décentralisation et la dépénalisation du stationnement. Chaque territoire doit pouvoir fixer le niveau des amendes de stationnement, en prenant en compte leurs spécificités locales, aux demandes et à la rareté du foncier. Pour les auteurs, seule « une amende dissuasive permettra de fluidifier l’accès aux places de stationnement et d’augmenter le paiement spontané ».

Autre idée forte : pour accompagner la diminution de la demande routière, il faut maîtriser et diminuer l’offre de stationnement. Le guide rappelle qu’une place de stationnement sur voirie représente une surface de 10 m². Multipliée par le nombre de places de stationnement public, le coût foncier est important à l’heure où l’espace pour la construction de logements en ville est de plus en plus rare et cher.

Quelles sont les solutions proposées ?

1-Réduire l’offre de stationnement « voiture solo » sur voirie au profit :

-du stationnement en silo (parc de stationnement comportant un ou plusieurs étages au-dessus du sol), en urbanisation dense, en sous-sol ou en surélévation, payant et communicant ;

-du stationnement aux pôles multimodaux en périphérie d’agglomération (parking-relais «  de dissuasion ») ;

-du stationnement des vélos (1 place voiture= 4 à 5 arceaux = 8 à 10 vélos) ;

-du stationnement des véhicules vertueux.

2-Favoriser les systèmes de communication en temps quasi réel d’accès à l’offre de stationnement afin de minimiser les temps perdus de recherche.

3-Favoriser une politique de livraison à domicile par des modes vertueux.

4-Favoriser des offres « retour » en transport public tard le soir après les spectacles et autres offres culturelles, de loisirs ou de restauration.

France Nature Environnement, Keolis, Mobivia et la Fondation PSA Peugeot Citroën estiment que la diminution de l’offre de déplacement du mode « voiture solo » doit être précédée par l’augmentation au minimum équivalente de l’offre de déplacement de modes alternatifs publics dont les transports collectifs et les systèmes d’accès mutualisé à l’automobile.

Notre avis : il est clair que la place de parking est un marqueur pour inciter ou non à l’usage de la voiture. Bien sûr, les applications aident les automobilistes à trouver des places et à perdre moins de temps. La location entre particuliers fonctionne aussi pour le stationnement. Pour leur part, les villes ont tendance à supprimer des places en surface pour les réserver à l’autopartage ou à la location de vélos. Une action combinée et réfléchie serait sans doute souhaitable, mais il est plus facile pour les « anti-voitures » de pénaliser sans pour autant proposer d’alternatives crédibles. Tout le monde ne va pas se mettre à la marche et au vélo.

Copyright Carfutur.com