Mercedes vient de prendre la décision de ne pas utiliser un fluide réfrigérant, pourtant agréé au niveau mondial et destiné à remplacer le R134a dans le système de climatisation. Le motif ? Un risque d’incendie en cas d’accident.

 La firme à l’étoile a signifié cette décision il y a quelques semaines aux autorités compétentes. Elle a décidé de mener ses propres tests, qui vont au-delà des normes requises pour un tel produit. Dans ce scénario proche de la vraie vie, Mercedes a découvert qu’en cas de choc, la fuite de ce produit sur les parties chaudes du moteur en fonctionnement risquait de provoquer un incendie. Ce qui n’est pas le cas de l’ancien produit (le R134).

En conséquence, le constructeur allemand – qui place la sécurité en priorité absolue – a décidé de ne pas utiliser le nouveau réfrigérant R1234yf et de conserver l’ancien. Il tient à disposition des associations et des autres constructeurs les résultats de ses tests. Il semblerait que Volkswagen ait décidé lui aussi de ne pas utiliser ce produit sur la Golf.

A la base, l’intention des législateurs était louable. Il s’agissait de remplacer le gaz réfrigérant de la climatisation par un nouveau gaz fluoré à faible impact sur l’effet de serre. Un produit plus écolo, en somme. La nouvelle règle s’applique depuis 2011 pour les nouvelles plateformes automobiles* et se généralisera en 2017 pour tout nouveau véhicule mis sur le marché en Europe.

Mais, on peut lire des articles très critiques en Allemagne. Le motif ? Ce gaz pourrait se transformer en acide fluorhydrique (HF) : un puissant corrosif et un agent décalcifiant qui réagit violemment avec l’eau, attaque le verre et la plupart des métaux avec dégagement d’hydrogène inflammable. D’ailleurs, l’équipementier Bosch indique sur son site que « le réfrigérant R1234yf est plus écologique que son prédécesseur mais reste hautement inflammable et doit donc être manipulé selon des règles de sécurité drastiques ».

Jusqu’à présent, les instances professionnelles responsables des analyses et tests de sécurité ont estimé que le risque évoqué ci-dessus est négligeable. Précisons que les tests du R1234yf ayant conduit à l’homologation par le SAE aux USA ont été effectués par Honeywell et Dupont… qui sont également les fabricants du produit, dont ils détiennent les brevets. Ils contestent l’analyse de Mercedes et font valoir que plusieurs fluides peuvent prendre feu en cas d’accident (accident, liquide de frein, lubrifiant).

*Elle a été reculée à fin décembre, en raison d’une pénurie de ce produit à l’échelle mondiale.

Copyright carfutur.com