covoiturage vert

Les médias se félicitent du développement du covoiturage en France, un secteur en progression de plus de 100 % et dont le champion est BlaBlacar. Mais, plus que l’écologie, n’est-ce pas la crise qui explique un tel succès ?

Evidemment, un million de passagers transportés chaque mois : cela représente un chiffre conséquent. Le fondateur de BlaBaCar compare ce volume à l’équivalent del’Eurostar et de 2000 rames TGV pleines. On remarquera au passage que c’est le train qui est clairement désigné comme le concurrent, et non la voiture individuelle. Un point sur lequel nous reviendrons.

Ainsi donc, la plateforme de BlaBlaCar et les autres captent tous ceux qui trouvent que le train est trop cher. Difficile de soutenir le contraire… D’ailleurs, la SNCF a vu le trafic TGV reculer de près de 2 % au premier semestre. Il faut aussi relever que SNCF Voyages accuse un chiffre d’affaires en baisse de 3,1 %, en raison de multiples facteurs dont le covoiturage. Cette pratique, qui n’est jamais que la version moderne de l’auto-stop, permet aussi de partager des frais qui deviennent trop lourds pour une personne seule, tels le carburant et le péage.

Si on la curiosité d’utiliser l’outil myTripSet sur le site SNCFVoyages.com, qui compare les prix et les émissions de CO2, on en retire quelques enseignements. Pour le prix, c’est tout vu. A partir de 2 passagers, le train ne peut pas s’aligner (pour des tarifs en journée). Et plus il y a de passagers en voiture qui participent aux frais, moins le voyage est cher. Mais, pour l’écologie, on s’aperçoit que le train reste de loin le moins émetteur de CO2. Un Paris-Nantes en TGV n’émet que 4 kg de CO2. A comparer aux 80 kg de la voiture* et aux 90 kg de l’avion. La SNCF estime que la moyenne de CO2 du train est de 13 g par voyageur et par km.

L’argument de l’écologie est donc un peu usurpé pour les adeptes du covoiturage. Certes, il vaut mieux rouler à plusieurs plutôt que d’être tout seul (ce qui est le cas de 80 % des conducteurs, si l’on en croit l’ADEME). Mais, le covoiturage ne retire pas forcément des voitures de la circulation. D’ailleurs, on a pu voir lors des grands week-ends de cet été des records battus en nombre de km de bouchons (994 km le 2 août). Ce que l’on peut noter, en se rapportant aux chiffres de l’ASFA**, c’est que le trafic continue de progresser (mis à part en 2012, où il a reculé) sur les autoroutes.

Alors, y a-t il oui non un effet covoiturage ? Le taux d’occupation moyenne des véhicules sur autoroutes est de 1,49 personne la semaine et de 2,04 le week-end. Un indicateur qui reste assez stable depuis 5 ans. Il était même plus élevé en 2007 (1,95 et 2,6). Si ‘on en croit un certain Paul Zouari, Fondateur de l’association de covoiturage Autopass (à Lille), 80 % des covoitureurs seraient non-motorisés. Autrement dit, pas des adeptes de la voiture individuelle qui renoncent à leur monture dans un grand élan d’écologie, mais des fauchés qui n’ont pas les moyens de prendre le train. Une étude de l’ADEME, qui remonte à 2010, pointait du doigt le fait que les jeunes sont les principaux usagers. La récente enquête du parisien, qui indique que même les seniors s’y mettent, peut être interprétée de deux façons. Soit, une partie croissante de la population opte de façon volontaire pour la mobilité durable, soit – et c’est l’hypothèse la plus crédible – la crise oblige y compris les retraités à faire voiture commune pour pouvoir se déplacer.

D’ailleurs, l’argument phare de BlaBlarCar n’est pas l’écologie, mais le fait de voyager moins cher. Cela ne l’empêche pas de revendiquer une réduction de 700 000 tonnes de CO2 depuis 2011 et de s’acheter une conduite en s’engageant à préserver 1m2 de forêt à chaque réservation en ligne.

Le développement du covoiturage en entreprise obéit plus à des considérations liées à l’environnement et à la rareté des places de parking. Pour le grand public, cela reste à voir.

*L’outil se base sur des données de… 2007, avec par exemple 188,8 g pour un diesel de moins de 2 litres. Autant dire que les véhicules récents sont bien plus verteux.

**Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes

Copyright Carfutur.com