zoe leaf

Carlos Ghosn a de quoi être satisfait : à eux deux, les deux constructeurs sont leaders en part de marché avec 58 % du marché de l’électrique. Oui, mais encore ?

Ensemble, les véhicules électriques de Renault et Nissan ont accumulé environ 4 milliards de kilomètres. C’est l’équivalent de 100000 fois le tour de la Terre et sans pollution locale. Ces véhicules ont permis une économie de 200 millions de litres de carburant – assez pour remplir environ 80 piscines olympiques. Ils représentent par ailleurs 450 millions de kg de CO2 non émis par des véhicules conventionnels.

Voilà pour la litanie des chiffres.

Si on parle à présent du marché, la Leaf reste le véhicule électrique le plus vendu de tous les temps (148 700 ventes à ce jour). L’Alliance vend près de deux véhicules électriques sur trois dans le monde. Et pour être précis, il se vend 3 Nissan électriques pour 1 Renault ZE (51 500 ventes au total et en 4 ans, malgré une gamme de 4 véhicules*).

C’est bien, mais même si l’alliance a vendu 66 500 VE entre janvier et la première semaine du mois de novembre (+ 20 %), elle doit faire face à de solides concurrents. BMW a déjà écoulé 10 000 exemplaires de sa i3 en un an (autant que Renault avait vendu de Zoé, pourtant moins chère) et Tesla a commercialisé presque autant de Model S (47 000 à fin septembre en cumulé) que l’ensemble des voitures ZE de Renault… et en à peine 2 ans. Qu’est ce que ce sera le jour où la firme d’Elon Musk va s’attaquer frontalement à la Leaf ? Bien sûr, on pourrait parler aussi de Volkswagen.

Ce que qu’il faut retenir : avec les 200 000 VE en cumulé de Renault-Nissan, on est bien loin du 1,5 million de véhicules que Carlos Ghosn prévoyait initialement en 2016 (il a depuis décalé de « plusieurs années » cet objectif) ; les leaders d’aujourd’hui ne seront pas forcément ceux de demain.

*Plus que 3 en Europe, la Fluence ZE étant recyclée en Samsung SM3 ZE

Copyright Carfutur.com