La guerre du malus faisant rage à l’assemblée, cette mesure, votée le 18 octobre, est passée relativement inaperçue. Et pourtant ce sont des dizaines de milliers de salariés (et quid des professionnels*) qui vont être affectés par cette mesure qui vient rajouter une couche à un dispositif fiscal 2013 particulièrement pénalisant pour les classes moyennes et les autres .

Les salariés/utilisateurs, habitant souvent malgré eux loin de leur lieu de travail,  sont désormais invités à rouler dans des véhicules sous dimensionnés. Sans compter que, le plus souvent, ces mêmes salariés  ne peuvent acheter que des véhicules d’occasion dont la puissance fiscale est plus élevée que celle de véhicules neufs.

Encore une fois ce seront les véhicules à essence* qui seront pénalisés, les véhicules à boîte automatique, les véhicule haut de gamme que les français auraient vraiment tort de fabriquer alors que les marges sont réalisées dans ces catégories. Parallèlement, on se met à reparler de taxes écologiques qui viendraient défavoriser le diesel considéré comme plus polluant que l’essence…

Mais tout peut encore changer.

* La question reste posée. Cette limitation est-elle valable uniquement pour les salariés qui optent pour le barème au lieu de la déduction forfaitaire de 10%, ou ce barème se substitue-t-il purement et simplement au barème actuel pour tous les cas où il serait utilisé ( les professionnels notamment).

**Exemples :

508  1,6 VTi 120 CV BMP : 7 CV

508 1,6 e-Hdi FAP 115 CV BMP : 6 CV

Copyright carfutur.com