Car2go l autopartage par Mercedes

D’Uber à Autolib’, ces nouveaux services se développent à grande vitesse. Ils poussent les géants de l’automobile à revoir leur stratégie.

Uber, BlaBlaCar, Autolib’… Le succès des nouveaux services de mobilité auprès du public est réel. Celui qui a un véhicule peut dorénavant espérer en tirer des revenus. Celui qui n’en possède pas dispose de services de mobilité de plus en plus en plus nombreux et souvent moins onéreux que les offres traditionnelles.

Cette évolution, d’aucuns parlent de révolution, symbolise la transformation de la relation à la voiture. Aujourd’hui, l’utilisateur n’a plus besoin d’être propriétaire de la voiture, mais se contente de payer pour l’usage, avec des formats multiples: avec chauffeur, à plusieurs, en payant à la minute, à la journée, sur de longues distances, pour le trajet domicile-travail…

L’utilisation de ces services reste encore marginale par rapport à l’ensemble des déplacements par route. Mais leur développement est cependant très rapide. Surtout, ces changements qui ont un impact sur les transports quels qu’ils soient auront aussi un impact sur les acteurs traditionnels du monde automobile, constructeurs en tête.

Un marché en hausse de 40 % par an

Dans des villes de plus en plus grandes, où le trafic automobile est de plus en plus congestionné, la voiture devient forcément un problème. Pour les autorités publiques et pour les utilisateurs. Faire en sorte que les véhicules en circulation soit plus remplis et plus utilisés représente une solution pour traiter ces problèmes. La simple possession d’une voiture peut être perçue comme un problème par les autorités, 30 % du trafic en agglomération correspondant à des véhicules recherchant un stationnement.

Lire la suite sur Le Figaro.fr