Depuis 2 ans, des solutions de « Location Moyenne Durée »(LMD) fleurissent sur le marché. Prenant acte d’un vide historique entre la Location Courte Durée et la Location Longue Durée, les loueurs développent des solutions de mobilité sur des durées intermédiaires. Si la Location Moyenne Durée devient de plus en plus visible, les offres proposées ne sont pas pour autant toujours lisibles pour le responsable de parc. L’occasion de faire un point sur ces offres émergentes et de saisir les enjeux de la LMD…

Moyenne Durée : quelle définition ?

La notion de « Moyenne Durée » a, dans l’univers de la location automobile, d’abord émergé par défaut : il s’est agi de désigner les durées comprises entre la Location Courte Durée (qui couvre des durées de quelques heures à quelques mois) et la Location Longue Durée (généralement comprise entre 24 et 60 mois). Les principaux acteurs (Europcar, Avis, Arval, ALD, Lease Plan…) ont lancé ces derniers mois leur offre « Moyenne Durée » mais ce service est déjà disponible – et ce parfois depuis des années – chez une multitude d’acteurs locaux où la Location Moyenne Durée était pratiquée à la marge. Quoique non rationalisée, la part de la moyenne durée dans l’activité globale de ces acteurs n’en est pas pour autant dérisoire : elle pourrait atteindre aujourd’hui 20% du volume des contrats de la Location Courte Durée. Ce positionnement d’intermédiaire entre la Courte et la Longue rend la délimitation de la LMD variable d’un acteur à l’autre. Comprise entre 1 et 11 mois chez Avis, Louveo la considère entre 6 et 24 mois.

Le marché de la Location Moyenne Durée

Si le périmètre entre courte, moyenne et longue durée est parfois flou, les besoins de Location Moyenne Durée sont eux, bien réels et aisément identifiables. Toutes les questions de mobilité automobile sur des durées intermédiaires sont susceptibles d’être couvertes par la LMD : recrutement de CDD ou d’intérimaires, salariés en période d’essai, lancement de nouveaux projets, missions  ponctuelles, opérations limitées dans le temps, véhicules d’attente…

La formule s’est révélée particulièrement adaptée à certaines professions ou secteurs d’activité comme l’artisanat et les travaux publics où les chantiers de plusieurs mois sont fréquents ou encore le tourisme structurellement confronté à des besoins saisonniers. Pour autant, le champ de la LMD est plus vaste et constitue une option pour toutes les situations professionnelles où s’imposent flexibilité et non pertinence d’un engagement sur le long terme. D’abord pensée pour les TPE/PME, la Location Moyenne Durée s’est diffusée dans tous les secteurs d’activité, aussi bien auprès des plus petites structures que chez les grands comptes.

Quel modèle économique pour la LMD ?

La Location Moyenne Durée se situe à mi-chemin de la Courte Durée, dont elle emprunte la souplesse, et la Longue Durée en matière de rationalisation des coûts automobiles.

L’idée de la LMD n’est pas neuve ; elle était depuis des années dans l’esprit de tous les loueurs mais buttait sur un paradoxe évident : comment bâtir des offres attractives (c’est-à-dire une tarification plus compétitive que celle de la courte durée) sans être pénalisé par la dépréciation du véhicule au début de son cycle de vie. Sur une durée moyenne de contrat LMD de 15 mois, l’équation s’avère impossible sachant que le véhicule subit l’essentiel de sa dépréciation la première année. Impossible avec des véhicules neufs ; le problème a été dénoué avec le recours aux véhicules d’occasion. Simple et logique sur le principe, ce choix impose des précautions liées aux exigences de l’utilisateur et la perception parfois dévalorisante du VO : occasions récentes, véhicules peu kilométrés, remise en état scrupuleuse et systématique avant mise en main au client. Prolonger la vie des voitures, moins gaspiller, voila du bon développement durable !

L’offre de produits et services LMD

Là encore, l’héritage de la Courte et de la Longue reste prégnant. En matière de matériels disponibles, le choix de modèles est à mi-chemin de l’offre restreinte de la courte durée et de celui, plus complet, de la longue durée. Du côté des catégories de véhicules (VP, VU), on retrouve, sur le marché de la LMD, la même diversité que celle de ses deux consœurs.

L’offre de prestations s’inspire, elle, résolument de la Location Longue Durée. Néanmoins, délaissant l’option du choix des services « à la carte », les offres LMD s’orientent majoritairement vers le « all inclusive » : entretien, révisions, pneumatiques, assurance tous risques, garantie assistance et dépannage, véhicule de remplacement, etc. La justification d’un tel choix : sur des durées de location relativement courtes, il s’agit de décharger au maximum l’utilisateur des contraintes techniques et administratives de la gestion de parc.

Quel avenir pour la Location Moyenne Durée ?

La Location Moyenne semble avoir trouvé sa place parmi les outils de mobilité du responsable de parc. Il lui reste encore du chemin à parcourir avant d’atteindre la maturité. Comme pour l’autopartage qui répond à de véritables attentes du marché, l’enjeu pour les loueurs moyenne durée est de comprendre et savoir anticiper les tendances du marché qui portent leur succès. Ensuite, de décliner l’offre LMD selon la diversité des besoins des entreprises.

Copyright carfutur.com