Pendant deux jours, Air Liquide a décidé de convier médias et leaders d’opinion pour découvrir les vertus de la voiture à hydrogène.  C’est un aspect méconnu de la voiture électrique, mais pourtant bien réel et plus prometteur à terme. Sur le circuit de Marcoussis (Essonne), au sud de Paris, le leader mondial des gaz pour l’industrie, la santé et l’environnement a réuni un plateau d’une dizaine de véhicules. On pouvait notamment rouler en Honda FCX Clarity, Hyundai iX35 FCV, Mercedes Classe B F-Cell, Opel Hydrogen 4 ou encore la Toyota FCHV-adv. Ces constructeurs sont prêts à sortir dès 2015 leurs premiers modèles (et même 2014 pour Mercedes), avec une autonomie de 400 à 500 km et zéro émission en sortie de véhicule. La voiture à hydrogène ne dégage que de la vapeur d’eau.

Plus anecdotiques, le Black Cab zéro émission des JO de Londres et le scooter à hydrogène Suzuki Burgman ont aussi fait forte impression.

Mais, pour que ces véhicules puissent rencontrer leur public, et contribuer à réduire les émissions de CO2, encore faut-il pouvoir faire le plein d’hydrogène (stocké sous forme gazeuse à 350 ou 700 bars). Certains pays en sont conscients et ont démarré un réseau de stations-service, comme au Japon, en Corée du Sud, en Chine, aux USA, en Scandinavie, ou plus près de nous en Allemagne. Outre-Rhin, on dénombrera par exemple 100 stations en 2015.

En France, le nombre est de 0 aujourd’hui et il n’y a tout simplement rien de prévu…

Uniquement centré sur le véhicule électrique (et hybride), dans le cadre de sa stratégie de véhicules décarbonés, notre pays a fait l’impasse sur l’hydrogène. C’est d’autant plus étonnant que les constructeurs nationaux ont travaillé dans le passé sur le sujet. Mais, à part une 307 CC hybride-pile à combustible chez Peugeot (et présentée en statique à Marcoussis), PSA et Renault semblent en retrait.

Air Liquide propose d’investir pour lancer une vingtaine de stations, de façon à ouvrir une autoroute de l’hydrogène entre la France et l’Allemagne. Mais, il va falloir que des mesures soient prises pour autoriser ces stations et organiser la filière. Il existe quelques acteurs, dont Air Liquide évidemment, mais aussi Michelin (qui va fournir une pile qui jouera le rôle d’un prolongateur d’autonomie sur la F-City) ou encore SymbioFCell.

Selon McKinsey, l’hydrogène sera une solution compétitive à partir de 2020.

Copyright carfutur.com