Rappelons que ce bonus ne bénéficie qu’aux particuliers. Les entreprises étant soumises au seul  système du bonus/malus. Il n’empêche, ce bonus que l’Etat s’était engagé à maintenir jusqu’en 2012, a permis de relancer la filière. La part de marché des véhicules roulant au GPL dépasse désormais les 3%. Juste retour des choses après la descente aux enfers de ce type de carburant à la suite d’une explosion d’un véhicule GPL à Vénissieux en 1999. Mais, si la subvention est supprimée, quel sera l’avenir de ce carburant ? Gageons que la hausse inévitable du pétrole continuera de donner de l’intérêt au GPL  qui coûte 35% de moins que le diesel mais  qui, il est vrai, consomme 20% de plus tout en étant moins polluant (Nox et particules).

Voir l’article des echos.fr