La Chevrolet Volt ou sa soeur européenne, l’Opel Ampera, fait partie des véhicules hybrides rechargeables. Contrairement à la Toyota Prius VHR (rechargeable) qui est testée en ce moment même, et à grande échelle, à Strasbourg, la Volt est en permanence en traction électrique. Le bloc moteur thermique n’est là que pour alimenter directement le moteur électrique lorsque la batterie est vide. D’ailleurs la batterie n’est jamais vide, il lui reste toujours 25% de puissance, ce qui permet à GM de garantir sa batterie 10ans. Nous avons conduit l’Opel Ampera sur les pistes Opel de Russelheim au mois d’avril dernier. C’est une technologie très prometteuse qui devrait normalement s’imposer parmi les hybrides rechargeables tant elle est rassurante, performante et agréable. Le seul reproche que nous pourrions lui faire et il a son importance, le générateur ne recharge pas la batterie. Il aurait sans doute fallu doter la voiture d’un moteur thermique plus gros. Si le prix annoncé démarre, en 2011, en dessous de 40 000 € avant bonus des états, la Volt devrait connaître un bel avenir.

Lire l’excellent article de nos amis canadiens de auto123 : la Chevrolet Volt 2011, comment ça marche ?