Au CES, le géant de l’Internet a surpris son monde en annonçant la naissance d’une alliance autour de l’univers Android. C’est un tournant dans l’univers de la voiture connectée.

google-voiture-androidJusqu’à présent, Apple était tranquille. Jouissant d’une situation de quasi-monopole, il voyait les constructeurs venant lui manger dans la main pour acheter des licences afin de pouvoir utiliser son assistant vocal Siri. La firme à la pomme, qui a capitalisé sur l’ergonomie de l’iPod puis de l’iPhone, a même développé iOS7 afin de faciliter son intégration dans les écrans embarqués et mettre en avant des applications dont Maps. Mais, Google est devenu son principal concurrent.

Le géant de l’Internet, qui propose déjà à bord des véhicules plusieurs de ses services (Google Maps et Street View, Panoramio, recherche locale) veut pousser davantage son standard Android. On l’oublie un peu, mais cet OS est présent sur plus d’un milliard de mobiles et tablettes. C’est le numéro un sur le marché. Et l’objectif, c’est désormais de rivaliser avec Apple sur l’intégration des applications à bord. C’est dans ce cadre qu’a été annoncée, au CES de Las Vegas, une coalition avec l’industrie automobile. Elle a pour nom Open Automotive Alliance et réunit autour du géant de l’Internet des acteurs comme Audi, General Motors, Honda et Hyundai, sans oublier le spécialiste des puces et processeurs graphiques Nvidia. Et ce n’est pas qu’un effet d’annonce : un premier véhicule sera sur le marché dès la fin de l’année.

L’idée est bien de développer une plateforme commune permettant d’utiliser de façon intuitive les applications du smartphone Android dans un véhicule, tout en respectant la sécurité. Google espère convaincre d’autres constructeurs (pourquoi pas Renault, dont la tablette R-Link tourne sous le même OS ?) de le rejoindre. Il mise sur l’ouverture et le partenariat, à l’inverse du système fermé en vigueur chez Apple.

Au passage, notons que certains acteurs commencent à miser un peu plus sur le géant de l’Internet, dont Audi et Mercedes, qui va intégrer le réseau social Google+ à bord.

Plus anecdotique : les Google Glasses intéressent aussi les constructeurs. Il y en a au moins deux (Mercedes et Hyundai) qui montrent sur le CES comment intégrer ce gadget au véhicule pour visualiser certaines infos (niveau de la jauge, diagnostic, position du véhicule sur un parking), voire pour transmettre au GPS une adresse repérée au préalable sur Google.

Copyright Carfutur.com