Winterkorn_Future_Tracks

Le futur numéro 1 de l’automobile va déployer un plan stratégique qui vise à mieux adapter l’offre  produit en fonction de l’évolution des goûts des consommateurs, grâce au digital.

Le programme, qui avait été évoqué lors du salon de Genève, puis lors du Cebit de Hanovre, sera présenté plus en détail cet automne. Ce que l’on sait, c’est que le groupe compte s’appuyer sur les technologies de l’information pour faire évoluer sa gamme. Comme l’a souligné Martin Winterkorn, le big boss, lors d’un discours, les voitures d’aujourd’hui sont des plateformes informatiques roulantes avec 50 unités de contrôle, 1,5 km de câbles et la puissance de calcul de 20 PC de course. Et ce n’est qu’un début, car l’industrie automobile va devoir calquer de plus en plus sa stratégie sur celle des technologies de l’information.

A titre d’information, le groupe Volkswagen dépense 3,8 milliards d’euros par an dans ce domaine et emploie déjà 9500 spécialistes de haut vol.

Alors que le monde devient de plus en plus digital, avec les smartphones, les tablettes et les objets connectés, dont la télévision mais aussi les montres, l’automobile doit aussi évoluer et prendre en compte les dernières innovations. Et pour cela, il va falloir travailler en partenariat avec les spécialistes de ces univers. Mais, il ne s’agit pas seulement de faire des voitures plus connectées, plus propres et qui se pilotent automatiquement.

Winterkorn estime qu’au cours des prochaines années, l’industrie automobile va devoir se réinventer, en réduisant fortement le cycle de vie des modèles actuels, qui est de 7 à 8 ans. Et quand il parle de digital, c’est aussi pour évoquer les outils de simulation et pour impliquer le consommateur dans la boucle. On comprend ainsi que c’est le client qui, demain, pourrait inspirer lui-même les prochains facelifts et, pourquoi pas, réclamer des variantes de carrosserie auxquelles le groupe n’avait pas forcément pensé.

Pour adapter son offre aux goûts changeant des clients, et pour tenir compte des particularités régionales, Volkswagen entend s’appuyer sur des composants modulaires. En mixant plus encore les plateformes, les moteurs et les innovations, le groupe pourra sortir une plus grande variété de produits, y compris des modèles de niche, tout en restant profitable.

Une stratégie qui va à l’encontre de la démarche d’un PSA. Mais, il est vrai que le géant allemand a un portefeuille de marques, une présence mondiale et un trésor de guerre qui lui permettent de relever ces challenges. Le plus étonnant est que l’énorme machine entend se réorganiser pour devenir plus réactive et sortir en très peu de temps des modèles à succès.

Copyright Carfutur.com