Au début, on n’y croît pas. Puis en allant fouiller à droite et à gauche sur le net, on se rend compte que cette technologie de l’impression 3D est déjà largement utilisée dans l’industrie. Les imprimantes 3D existent, certes elles sont encore chères pour les particuliers mais elles se démocratisent. HP va d’ailleurs en commercialiser une bientôt. Au delà de la fabrication de protos, les imprimantes 3D pourront bientôt fabriquer en série les objets les plus divers.

Voir Urbee, la première voiture construite par une imprimante 3D

Définition de l’impression 3 D sur wikipedia : L’impression 3D est une technique de prototypage ou de fabrication rapide. Elle permet de produire un objet réel à partir d’un fichier CAO en le découpant en tranches puis en déposant ou solidifiant de la matière couche par couche pour, en fin de compte, obtenir la pièce terminée. Le principe est donc assez proche de celui d’une imprimante 2D classique : les buses utilisées, qui déposent de la colle, sont d’ailleurs identiques aux imprimantes de bureau. C’est l’empilement de ces couches qui crée un volume.
Par rapport aux autres techniques de prototypage rapide traditionnelles (stéréolithographie…), l’impression 3D est nettement meilleur marché et plus rapide.
Les applications sont multiples : de l’architecture au design en passant par l’industrie. Elle est ainsi idéale pour la visualisation de projets, de vérification d’ergonomie, etc.