Pour célébrer ses 125 ans, la firme à l’étoile a présenté à Francfort un concept car qui reflète son savoir-faire, en particulier dans l’hydrogène et le multimédia.

Avec la F-125, Mercedes persiste et signe dans la pile à combustible. Cette Classe S du futur est en fait une hybride « plug in », qui associe l’hydrogène, un moteur électrique et une batterie utilisant la technologie lithium-soufre. Un arsenal technologique qui garantit à l’auto une autonomie de 1000 km en mode zéro émission, dont 50 km en mode batterie.
La véritable rupture provient du stockage de l’hydrogène à l’état solide. C’est une solution technologique encore au stade de la recherche, mais qui permet d’intégrer complètement ce composant à la structure de la carrosserie. La capacité du réservoir à technologie solide intégré au plancher du véhicule est de 7,5 kg d’hydrogène, qui est stocké à une pression de 30 bars (au lieu de 700 bars pour l’hydrogène gazeux). La consommation est de 0,79 kg d’hydrogène aux 100 km (soit 2,7 litres en équivalent diesel).
L’autre rupture provient de batteries plus légères et plus performantes (350 Wh/kg), que Mercedes-Benz étudie en parallèle à ses travaux de perfectionnement du système actuel lithium-ion et à ses recherches sur la batterie lithium-air. Elles se rechargent par induction.
Sur la F-125, Mercedes applique le système modulaire e4MATIC qui emprunte certains composants de la SLS AMG E-CELL, prévue pour 2013, et qui fournit une puissance continue de 170 kW (231 ch) et une puissance de pointe de 230 kW (313 ch). L’auto accélère de 0 à 100 km/h en 4,9 secondes et atteint la vitesse maximale de 220 km/h. Pas mal pour une limo d’1,7 tonne.
La F-125 innove aussi par sa carrosserie légère de type hybride composée pour une large part de plastique renforcé de fibres. Le mélange savamment dosé intègre des fibres de carbone, de l’aluminium et de l’acier à haute résistance, ce qui permet d’abaisser le poids de l’ensemble de manière significative tout en relevant considérablement le niveau de sécurité. A ce propos, la limousine du futur sera capable de dépasser automatiquement, sans l’aide du conducteur, et de freiner toute seule dans le trafic, tout en dialoguant avec les autres véhicules pour anticiper sur le danger.
A bord, un système de commande révolutionnaire permet de tout piloter par la voix, au moyen de gestes intuitifs et par le toucher. Le conducteur peut par exemple demander à consulter une sélection d’informations sur mesure et poser certaines questions pour obtenir des précisions sur le contexte sans lâcher le volant des mains. La voiture est même capable de déceler l’humeur du conducteur. Les affichages captivants, qui font appel à la 3D, exploitent de nouvelles possibilités visuelles. Par ailleurs une liaison Internet faisant appel au « cloud computing » permet de charger les messages personnels et la météo du jour avant d’entrer dans le véhicule. En cours de trajet, la F125 peut aussi piocher dans les données perso comme les réseaux sociaux et les contenus multimédia. Une application permet aussi de consulter à distance depuis son smartphone ou un ordinateur des infos sur le véhicule, de charger un itinéraire ou de programmer la clim’.
Voilà la vision de Mercedes pour 2025.

Copyright carfutur.com