Renault Eolab

Dans le cadre du programme 2 L/100 km, les deux constructeurs français présenteront leur interprétation de ce défi industriel et technologique. La marque au losange a choisi l’hybride rechargeable sous le nom ZE Hybrid.
Il y aura donc trois démonstrateurs sur le thème du 2 L/100 km au Mondial de l’Automobile. PSA a fait le choix de l’Hybrid Air, avec une 208 et une C4 Cactus. Renault a choisi d’élaborer un concept sur la base d’une Clio et de le baptiser Eolab (à ne pas confondre avec Ebola !) et d’explorer au passage le full hybride essence avec batterie rechargeable. La solution permet au passage d’afficher une consommation d’1 L/100 km (selon le cycle NEDC) et seulement 22 g de CO2 par km, avec à la clé une autonomie de 60 km en mode zéro émission.
Pour arriver à un tel niveau de performances, les constructeurs français ont dû recourir massivement à l’allègement. L’Eolab pèse ainsi 400 kg de moins que la Clio, grâce à un assemblage savant de matériaux (acier, alu, magnésium, composites). Le travail a porté également sur l’aérodynamique, améliorée de 30 % (avec au passage un nouveau type de pneus, plus fins et plus étroits). Il existe également des aides à la conduite pour optimiser la consommation d’énergie.
Pour sa chaîne de traction, le concept intègre un moteur 3 cylindres de 999 cm3 et 75 ch, couplé avec un moteur électrique de 40 kW, via une boîte innovante à trois rapports et sans embrayage. Le dispositif est complété par une batterie de 6,7 kWh, co-développée avec le CEA. Avec cet ensemble ZE Hybrid, Renault entend prouver qu’il est possible d’offrir du zéro émission pour la ville et du thermique pour la route. L’objectif est de réaliser une voiture à deux moteurs au prix d’un seul moteur et d’élargir ainsi l’hybride aux petites voitures. Une vision qui pourrait se concrétiser d’ici trois ou quatre ans, en complément de la gamme électrique.
Lors de la présentation des avancées du programme 2 L/100 km, le représentant de Renault – tout comme celui de PSA d’ailleurs – n’a pas voulu se prononcer sur l’arrivée du Mild Hybrid 48 volt. Autrement dit, l’hybridation légère avec alternateur de 10 kW et stockage d’énergie. Cette technologie fait pourtant partie de la feuille de route du programme 2 L/100 km et les deux constructeurs nationaux savent qu’il faudra passer par là. Chez Renault, la transition vers l’hybride va donc se faire progressivement, mais sûrement.

Voir le diaporama de l’Eolab :

Copyright Carfutur.com