Ford

La marque à l’ovale est de plus en plus verte. Au point d’inciter les utilisateurs de ses véhicules à consommer de moins en moins de carburant, avec des outils d’éco conduite.

« Green is the new black ». C’est ainsi que Ford détourne la célèbre formule de son fondateur, « la couleur que vous voulez, mais noire », appliquée pour le modèle T. Le constructeur américain fait en effet beaucoup d’efforts pour l’environnement avec des moteurs plus sobres (dont son célèbre EcoBoost pour l’essence), de l’hybride et l’électrique (en attendant l’hydrogène en 2017). Mais, ce n’est pas tout.

La marque aide aussi ses clients à avoir une conduite plus « green ». Sur la Focus, cela se traduit par exemple par des flèches (gear shif indicator) qui indiquent à quel moment il faut monter ou descendre un rapport. C’est une aide précieuse, car les moteurs actuels sont plus pointus et nécessitent une adéquation subtile entre le rapport engagé et le nombre de tr/mn qui échappe parfois au conducteur. Ainsi, il faut parfois rétrograder ou passer plus vite un rapport supérieur pour gagner en consommation. Sur la toute nouvelle Mondeo Hybrid, que nous avons pu essayer aussi en avant-première (son arrivée sur le marché interviendra début 2015), Ford a prévu un « coach ». Cet assistant intelligent permet d’évaluer l’accélération, le freinage et le rythme de croisière. Il indique aussi dans quelles plages on peut recharger la batterie.

Et parce que le facteur humain a son importance, Ford a eu l’idée d’organiser un eco drive challenge au sein de la presse européenne. L’épreuve consistait à obtenir la consommation la plus basse sur un parcours de 48 km, alternant ville, voie rapide et routes de campagne avec montées et descentes. Le groupe a réalisé 7 L/100 km de moyenne au premier tour. Par la suite, des instructeurs sont venus donner quelques astuces pour rouler plus « green ». Résultat : au second tour, la moyenne a été abaissée à 6,3 L/100 km. Soit, une réduction de 11 %. L’équipe lauréate, de nationalité espagnole, a réalisé une conso assez exceptionnelle de 5,5 L/100 km (- 23 %).

Carfutur n’a pas gagné, mais a fait une consommation honorable (6 L/100 km pour le meilleur résultat), réussissant même à descendre à 4,2 L/100 km de moyenne en milieu urbain.

Alors, quelles sont les règles d’or ? Il faut d’abord monter rapidement les rapports en ville pour atteindre 50 km/h et stabiliser ensuite la vitesse. A condition d’anticiper sur le trafic (ralentissements, intersections, véhicules qui tournent, rétrécissements de chaussée) et les feux tricolores, il est assez aisé de relâcher l’accélérateur et d’avancer sur la seule inertie du véhicule (à 40 kmh, en 5ème, l’auto avance pratiquement sans assistance). Lever le pied est aussi possible à de plus hautes vitesses, pour peu que l’on soit sur le plat et à régime stabilisé, et plus encore quand la route est en pente. Et quand ça monte ? Notre monitrice nous a confié qu’il fallait alors faire comme sur un vélo : accélérer dans la descente pour monter la côte sans effort. Et si possible sur un rapport élevé.

Il y a un côté anachronique dans l’éco-conduite par rapport à des (mauvaises) habitudes solidement ancrées. Dans certaines villes (en particulier Paris), il sera plus difficile de faire de la « roue libre ». Mais, dans l’ensemble, ces gestes simples sont à la portée de tous.

Le fait que l’éco conduite soit mis en avant par les constructeurs (Ford n’est pas le seul à le faire) est un signal fort, car cette méthode permet non seulement de réduire sa consommation de carburant mais aussi d’améliorer la sécurité en anticipant et en ménageant de plus grands intervalles par rapport au véhicule qui précède.

Copyright Carfutur.com