Citroën E-Méhari

Après des semaines de teasing insupportable… la Citroën Méhari est de retour sous le nom de Citroën E-Méhari. Le plus fort est qu’elle réussit à ressembler à sa vénérable ancêtre de 1968 qui voulait être la concurrente de la Mini Moke. Elle en a gardé l’originalité et les qualités : elle est découvrable avec une capote amovible astucieuse ; elle est dotée de quatre vraies places, avec une banquette rabattable ; elle est équipée d’un châssis surélevé pour une conduite tout-chemin ; elle est réalisée dans une carrosserie thermoformée qui ne ressemble plus à la tôle ondulée de son ainée mais conserve toutes les qualités du matériau ; enfin elle a gardé cette caractéristique que tout le monde a retenue : elle se lave intérieurement et extérieurement à grande eau.

Là s’arrête la ressemblance, car avant tout, la Méhari ne s’appelle pas Méhari mais E-Méhari. Elle est 100 % électrique. Elle est dérivée de la Bluesummer de Bollore et donc équipée d’une technologie de batterie fournie par ce groupe. Ce qui signifie que ce sont des batteries LMP® (Lithium Métal Polymère) qui certes permettent une bonne autonomie (environ 200 kilomètres en cycle urbain selon les données du constructeur) et offrent fiabilité et sécurité mais nécessitent d’être être maintenues en permanence à une température de 70/80°C, même lorsque le véhicule électrique est à l’arrêt. Autrement dit, la voiture doit rester branchée en permanence sous peine de voir sa batterie se vider en moins de trois jours. Un mode hivernage est prévu, mais il risque de se révéler lourd à l’usage. En revanche, ces batteries permettent de rouler jusqu’à 110 km/h et se rechargent complètement en huit heures en 16A (bornes domestiques ou bornes publiques de type Autolib)  ou en 13 heures sur les prises domestiques en10A. Espérons que cette particularité des batteries LMP ne sera pas un frein à l’achat.

Citroën E-Méhari

Ce véhicule de loisirs quatre places (3,81 m de long) est « branché, décomplexé, décalé, et pourquoi pas irrévérencieux » (sic). La Citroën E-Méhari est une voiture sympa qui devrait trouver sa place dans nos paysages urbains et dans les stations balnéaires chics. Bravo à Citroën d’avoir su nous étonner encore une fois avec ce modèle plein de qualités, produit à Rennes à raison de cinq véhicules par jour pour commencer, et commercialisé au printemps 2016. Son prix sera d’environ 25 000 € avant le bonus écologique de 6 300 €, auquel il faudra rajouter 79 € par mois pour la location des batteries. Cher, cher d’être un branché !

Philippe Brendel