La voiture autonome de Tesla

Tesla : la course continue. À quelques jours de l’ouverture du CES – le salon de l’électronique de Las Vegas –, Elon Musk, le charismatique patron du fabricant californien de voitures électriques, a déclaré dans une interview au magazine Fortune que la première Tesla 100 % autonome sera techniquement prête d’ici deux ans, et qu’elle pourrait être commercialisée dès 2018, si le législateur le permet. Cette annonce fait l’effet d’une bombe à l’heure où Google ou Nissan, jusqu’ici les plus ambitieux dans ce domaine, ne prévoient le lancement de leur voiture complètement autonome qu’autour de 2020 et que la plupart des autres grands constructeurs n’envisagent rien de tel avant 2025 ou 2030.

Apprentissage profond

Pour étayer sa prédiction, Musk explique que les Tesla Model S qui circulent aujourd’hui sont déjà équipées de capteurs et de moyens de communication permettant de nourrir et d’enrichir le logiciel encore en développement des futurs modèles autonomes de la marque. Comme ses concurrents, Tesla utilise des algorithmes d’apprentissage profond pour permettre à la voiture de mieux comprendre les situations complexes. Il s’agit notamment pour Musk de valider dans les deux ans à venir qu’une voiture autonome est vraiment plus sûre que celles conduites par un humain, aussi compétent soit-il, et ce en toutes circonstances.

Lire la suite sur Lepoint.fr